Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Cachez ce soldat, que je ne saurais voir.
Le camp de Judes Icon_minitimeAujourd'hui à 11:35 par compagnie tournante

» Sommes-nous prêt pour un conflit majeur ?
Le camp de Judes Icon_minitimeAujourd'hui à 9:09 par CASTOR2

» LA MARSEILLAISE
Le camp de Judes Icon_minitimeAujourd'hui à 3:19 par Hubert DENYS

» Ce jour-là. 25 février 1948 Le coup de Prague
Le camp de Judes Icon_minitimeHier à 21:17 par Blu

» Pierre DECKEUR
Le camp de Judes Icon_minitimeHier à 20:37 par 66-2B

» Une devise "Par le ciel, pour servir"
Le camp de Judes Icon_minitimeHier à 17:08 par Jean

» 10 juillet 1943, opération Husky
Le camp de Judes Icon_minitimeHier à 17:01 par FOUQUET65

» Mali. Vidéo sur Takuba
Le camp de Judes Icon_minitimeHier à 9:04 par Kuiper

» 20 juillet 1969
Le camp de Judes Icon_minitimeMar 23 Fév - 22:34 par Blu

Février 2021
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 32 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 30 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Hubert DENYS

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 506 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est POUPARDIN

    Nos membres ont posté un total de 5786 messages dans 1916 sujets

    Le camp de Judes

    Aller en bas

    Le camp de Judes Empty Le camp de Judes

    Message par LOUSTIC Sam 20 Juin - 9:18




    CAMP DE JUDES Septfonds


    Le camp de Judes Septfo10



    En juillet 1936, en Espagne, le coup d’état militaire du général FRANCO contre la République marque le début d’une longue attaque fasciste qui s’achève par la chute de Barcelone et la défaite républicaine en janvier 1939.

    Février 1939-mars 1940. Camp de réfugiés espagnols

    En février 1939, 500 000 Espagnols affluent vers les Pyrénées.

    Le 25 février 1939, le gouvernement DALADIER pour décongestionner les camps des Pyrénées-Orientales choisit le Tarn-et-Garonne pour installer un « Centre d’hébergement » où seront concentrés 15 000 ouvriers.

    Les réfugiés espagnols constituent un grand réservoir de main-d’œuvre. Des équipes sont affectées à l’entretien du camp ou détachées à l’extérieur pour des travaux d’utilité publique.

    Le 1er mars 1940, le camp, cédé à l’autorité militaire, est évacué.

    Mars 1940 – Janvier 1941. Camp militaire

    Transformé en « Dépôt de Régiment de Marche des Volontaires Etrangers », le 15 mars 1940, le camp est utilisé pour l’instruction d’étrangers s’engageant dans l’armée française et reçoit des aviateurs de l’armée polonaise.

    Après l’armistice, le camp devient centre de démobilisation pour les engagés volontaires étrangers. Des militaires français jugés « indésirables » présumés communistes ou syndicalistes et condamnés de droit commun y sont regroupés.

    A l’automne 1940, en application de la loi créant les « Groupes Travailleurs Etrangers », les groupes numéros 533 et 552 composés d’Espagnols et le groupe numéro 302 réservé aux volontaires étrangers démobilisés (Allemands, Autrichiens, Sarrois et beaucoup de Juifs) sont formés au camp.

    Janvier 1941-Août 1944

    A partir de janvier 1941, le camp, cédé au Ministère de l’Intérieur comprend un centre d’hébergement pour étrangers à côté des Groupes de Travailleurs Etrangers.

    Camp de triage et d’hébergement : prévu pour recevoir 2 500 personnes « en surnombre dans l’économie nationale », il occupe à sa création la majeure partie des installations.

    Au mois d’avril 1941, des officiers des « armées ex-alliées » sont parmi les premiers internés. Après l’écrasement de la Pologne en 1939, des troupes de soldats polonais sont venues en France poursuivre la lutte contre les puissances de l’Axe.

    Après l’armistice, on estime à 45 000 le nombre de Polonais qui participent activement à la Résistance. Un certain nombre est arrêté et interné au camp de Judes. C’est dans ces circonstances que vingt et un officiers et aspirants polonais édifient en juillet 1941 un oratoire.

    A l’automne 1941, le camp ne compte plus que six baraques et assure le triage des étrangers à diriger vers d’autres camps ou dans les Groupes de Travailleurs Etrangers.

    Camps de Travailleurs Etrangers : au mois de mars 1941, le Groupe de Travailleurs Espagnols numéro 552 quitte le camp.

    Durant l’hiver 1941-1942, le gouvernement de Vichy accentue les mesures antisémites. Les juifs étrangers sont assignés à résidence, internés ou versés dans les groupes de Travailleurs Etrangers homogènes dits de « Palestiniens ».

    Janvier 1942, le camp devient « Centre de Triage Régional » pour étrangers jugés « indésirables » ou en situation irrégulière.

    Le 30 juin 1942, le camp est fermé.

    Le 2 juillet 1942, le gouvernement de Vichy s’engage à livrer les juifs étrangers « apatrides » à l’Allemagne.



    Le 2 juillet 1942, le gouvernement de Vichy s’engage à livrer les juifs étrangers « apatrides » à l’Allemagne.

    Les arrestations des Juifs ont lieu dans le département du Tarn-et-Garonne les 24 et 26

    août 1942.

    Un premier départ pour Drancy a lieu dans la nuit du 24 au 25 août, emportant dans un même wagon 84 internés qui appartiennent tous au Groupe de Travailleurs Étrangers numéro 302.

    Le wagon est d’abord dirigé sur Toulouse où est constitué un convoi important regroupant des internés venant d’autres camps de la région.

    Sur le trajet de Lyon, d’autres internés sont encore entassés dans les wagons à bestiaux.

    Un second départ de Septfonds a lieu du 2 au 3 septembre emportant 211 internés jusqu’à la gare de Caussade. A nouveau, un convoi important est constitué avec des éléments provenant des départements de la région de Toulouse. Ce convoi a abouti à Drancy le 4 septembre.

    Le 9 septembre 1942, une trentaine d’autres internés de Septfonds sont transférés au camp de Rivesaltes où sont organisés de nouveaux convois régionaux pour Drancy.

    Le 11 novembre 1942, la zone libre est envahie par les troupes allemandes. Le groupe numéro 302 périodiquement amputé de ses travailleurs par les autorités d’occupation est maintenu au camp rouvert.

    Au printemps 1943, le camp sert aussi de lieu de rassemblement pour les étrangers astreints au « travail obligatoire » dans les chantiers de l’organisation TODT et est utilisé comme « Centre d’Accueil» pour femmes juives « sans ressources et sans emploi » à partir de septembre 1943.

    Après le 19 août 1944 et la libération du département, le camp de Judes est utilisé dans le cadre de la « répression administrative » : environ 500 hommes et femmes accusés de collaboration y sont détenus.

    Le camp sera rapidement démantelé après mai 1945.




    Résistance 82

    _________________
    « La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
    LOUSTIC
    LOUSTIC

    Messages : 83
    Points : 10240
    Réputation : 2644
    Date d'inscription : 30/04/2019
    Age : 60
    Localisation : Vimines

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum