Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Quand l'armée de l'air inventait les paras... grâce aux Soviétiques
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeAujourd'hui à 10:04 par Invité

» ASAF Opération Barkhane en images
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeHier à 20:58 par Blu

» 07 juillet 1941
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeHier à 20:48 par Blu

» Pigeons Voyageurs
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeHier à 19:39 par Invité

» La magistrature tremble
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeHier à 10:58 par Invité

» Dernière audition du Général Pierre de Villiers
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeHier à 9:09 par CASTOR2

» Défense : Musées et monuments en France
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeLun 6 Juil - 19:11 par Blu

» Vladimir Volkoff et désinformation…
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeLun 6 Juil - 11:10 par STORM

» La "vraie guerre"
Narvik, 1940 une victoire Française Icon_minitimeLun 6 Juil - 8:54 par Invité

Juillet 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 37 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 368 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est LTMICKEY

    Nos membres ont posté un total de 4481 messages dans 1561 sujets

    Narvik, 1940 une victoire Française

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Narvik, 1940 une victoire Française Empty Narvik, 1940 une victoire Française

    Message par CASTOR2 le Sam 30 Mai - 9:09

    CHRONOLOGIE
     
    1939
    10 octobre : L'amiral Raeder convainc Hitler de l'importance stratégique de la Norvège.
    30 novembre : Début de la guerre finno-soviétique.
    14 décembre : Hitler ordonne de préparer un plan d'invasion.
     
    1940
    01 mars : Décision de l'invasion.
    13 mars : Signature de la paix finno-soviétique.
    28 mars : Les Alliés décident du minage de la côte ainsi que l'occupation des bases.
    07 avril : Départ des forces alliées.
    09 avril : Occupation du Danemark et invasion de la Norvège.
    15 avril : Débarquement britannique près de Narvik.
    30 avril : Jonction des forces allemandes.
    10 mai : Guerre éclair à l'Ouest.
    26 mai : Evacuation de Dunkerque.
    28 mai : Prise de Narvik.
    03 juin : Début de l'évacuation de Narvik.
    04 juin : Chute de Dunkerque.
    07 juin : Départ de toutes les troupes alliées de Norvège.
    10 juin : capitulation de la Norvège.
    La campagne de Norvège au printemps de 1940 a été la seule victoire alliée avant l'effondrement français.
    Menées conjointement par les Anglais, les Polonais, les Norvégiens et les Français, les opérations autour de la ville de Narvik, ainsi que sa prise, ont été en grande partie l'oeuvre des chasseurs alpins et des légionnaires de la 13e Demi-brigade de la Légion étrangère
    (13e DBLE), unité céée pour la campagne et commandée par le lieutenant-colonel Magrin-Vernerey. Mais, en raison de la situation sur le front français, les Alliés ne peuvent exploiter cette victoire et doivent rembarquer, abandonnant la Norvège à l'occupant allemand.

    Narvik, 1940 une victoire Française Ze_ber10


    POURQUOI LA NORVÈGE
    À l'origine, les gouvernements alliés voulaient aider les Finlandais en lutte contre les Soviétiques depuis le 30 novembre 1939. Mais la paix est signée le 13 mars 1940.
    En fait, la campagne de Norvège s'explique par des arguments stratégiques et économiques.
    La Norvège occupe du fait de sa localisation géographique une position stratégique vers la Mer du Nord et l'Océan Atlantique.
    Les débouchés des ports allemands sont bloqués par les îles britanniques. Pour sortir de la Mer du Nord, il faut soit emprunter la Manche (mais la France est alliée à la Grande-Bretagne), soit effectuer un détour long et dangereux par les Shetland.
    Mais alors la flotte anglaise basée à Scopa Flow risque d'intervenir. Pour éviter la situation de la Première guerre mondiale, l'Allemagne est amenée à prendre le contrôle des côtes norvégiennes.
    Les ports norvégiens, mais surtout Narvik, sont les débouchés du minerai de fer suédois. Or, en 1939, l'Allemagne en importe environ 10 millions de tonnes.
    Les Alliés ont donc tout intérêt à intervenir en Norvège. Mais cela ne peut se faire qu'en riposte à une attaque allemande, du fait de la neutralité de la Norvège.
     
    LES MOYENS ENGAGÉS

    Les Allemands vont constituer 5 groupes d'invasion :
    Groupe 1 : Scharnshorst, objectif Narvik - Gneisenau - 10 destroyers.
    Groupe 2 : Hipper, objectif Trondheim - 4 destroyers.
    Groupe 3 : Köln, objectif Bergen - Konigsberg - 2 navires auxiliaires - vedettes lance-torpilles.
    Groupe 4 : Karlsruke, objectif Kristansand - 2 vedettes lance-torpilles.
    Groupe 5 : Blücker, objectif Oslo - Lützour - Eurden - embarcations légères.

    Les forces alliées sont plus composites. Elles comprennent :
    La flotte anglaise de Scapa Flow - 3 bataillons de la 24e brigade de Guards.
    La 1ère division légère française composée des 5e (13e, 53e, 67e bataillons) et 27e demi-brigade de chasseurs alpins, ainsi que de la 13e demi-brigade de Légion étrangère.
    1 brigade polonaise.
    Des éléments de la 6e division norvégienne.
     
    Narvik, 1940 une victoire Française 27292710


    LA SITUATION À LA MI-MAI
    Des éléments britanniques ont quitté Scapa Flow le 07 avril, mais ils sont pris de vitesse par l'invasion allemande le 09 avril. Le 19 avril des chasseurs alpins débarquent à Namsos, où ils retrouvent les éléments anglais débarqués quelques jours auparavant, dans le but de prendre Trondheim.
    Le 28 avril ces troupes sont évacuées. 2 bataillons de chasseurs alpins sont débarqués au Nord de Narvik. Les opérations traînant en longueur, le Général Béthouart, commandant les forces françaises, harcèle le commandement britannique pour qu'il le laisse opérer un débarquement de vive force dans le fjord même de Narvik, avec la 13e DBLE.
     
    LA 13e DBLE
    Cette unité a été créée en février 1940 à Bel-Abbès et Fès. Elle comporte 2 bataillons type montagne, avec des éléments volontaires provenant de toutes les unités de la Légion. Le lieutenant-colonel Magrin-Vernerey (Monclar), son premier chef, lui donne pour devise "More Majorum".
    Organigramme : 2000 hommes
    2 bataillons à chacun 4 compagnies (3 de fusiliers-voltigeurs, 1 d'accompagnement) ; 1 compagnie hors rang ; 1 compagnie de commandement.
    Après un entraînement au froid au Larzac, du 10 au 29 mars, la 13e DBLE embarque le 22 avril à Brest.
    Débarquée en Norvège, elle s'empare de Bjervik le 13 mai, prend Narvik le 28 mai, soutenue par un bataillon et une batterie norvégiens, ainsi qu'un groupe d'artillerie coloniale.
    Le 07 juin elle atteint la frontière suédoise, mais doit rembarquer.
     
    Narvik, 1940 une victoire Française Ecpad_10
    (ECPAD)


    LES OPÉRATIONS
    Selon le point de vue du Général Béthouart, il fallait dans une première phase enserrer Narvik au Nord (prise de Bjervik) et au Sud (prise de Ankeness), et dans une dernière phase opérer un débarquement de vive force sur Narvik et exploiter jusqu'à la frontière suédoise.
     
    1ère PHASE : L'ATTAQUE SUR BJERVIK
    Une reconnaissance maritime est effectuée le 09 mai.
    Première opération navale de vive force effectuée depuis le sanglant échec des Dardanelles.
    Les ordres d'attaque très complexes seront semblables tout au long des débarquements alliés de Dieppe à la Provence.
    Le 13 mai à 0H20, bombardement.
    Le 13 mai à 1H30, premier débarquement d'un bataillon Légion et de 4 chars.
    Les engagements sont violents, les Allemands possédant de nombreuses mitrailleuses.
    Le 2e bataillon de la 13e DBLE attaque Néby. La jonction est effectuée avec les chasseurs alpins venant du Nord.
    Parallèlement à l'attaque de Bjervik, au Sud la ville de Ankeness est prise par voie de terre.
    Le 20 mai la tenaille enserrant Narvik est en place.
     
    2e PHASE : LA PRISE DE NARVIK
    Cette dernière opération amphibie est de nouveau confiée à la 13e DBLE du Lieutenant-colonel Magrin-Vernerey.
    Le 24 mai, le Général Béthouart reçoit le télégramme de l'Amirauté ordonnant le repli.
    Il décide cependant de prendre Narvik le 28 mai :
    - pour assurer l'évacuation en toute sécurité ;
    - pour clôre la campagne sur une victoire indiscutable.

    Le débarquement de la 13e DBLE et de Norvégiens s'effectue grâce à l'appui d'un groupe de 75 mm de l'artillerie coloniale. Le soir même, après de furieux corps à corps, la Légion pénètre, après les Norvégiens, dans la ville.
    Remontant vers la frontière, après la jonction avec les Polonais remontant du Sud et les chasseurs alpins descendant du Nord, la Légion rejette les Allemands sur la frontière.
    La lutte est épuisante du fait du froid, de la montagne, des nombreux tunnels le long de la voie ferrée, ainsi que du couvert végétal.
    Les Allemands, battus, luttent pied à pied.
    L'avance continue jusqu'au 04 juin. Du 05 au 07 juin s'effectue l'évacuation, sans réaction de la part des Allemands.
     
    UNE VICTOIRE ?
    Narvik est incontestablement une victoire militaire.
    Les objectifs ont été atteints. La route du fer a été coupée, les Allemands rejetés sur la frontière suédoise. Mais la situation de la France oblige l'évacuation et donc la capitulation norvégienne le 10 juin.
    En 6 semaines de combat, la 13e DBLE, conduite par le Lieutenant-colonel Magrin-Vernerey, a permis la conquête d'un grand territoire. Elle a mené 2 débarquements amphibies et pris Bjervik et Narvik. Son butin s'élève à 200 mitrailleuses, 10 canons, 10 avions et 400 prisonniers. Mais elle laisse sur le sol norvégien 7 officiers, 5 sous-officiers et 55 légionnaires, tombés au cours des combats très difficiles. Le Lieutenant-colonel Magrin-Vernerey a joué un rôle actif auprès du Général Béthouart.
    Après Narvik, la 13e DBLE, rassemblée en Grande-Bretagne, va se disperser.
    Le 1er bataillon en majorité rejoint la France Libre derrière son colonel. Le 2e bataillon rejoint la France, puis l'Afrique du Nord et ensuite est dissous.

    Source site de la promotion Général Monclar (84-87).

    ************
    Quelques photos (mars 1940) pour une mise à l'honneur de la 13ème DBLE

    Narvik, 1940 une victoire Française Dg-22-10

    Narvik, 1940 une victoire Française Dg-22-11

    Narvik, 1940 une victoire Française Mars_110

    Narvik, 1940 une victoire Française Mars_111

    Narvik, 1940 une victoire Française Mars_112
    (Photos B. P.)
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 134
    Points : 6997
    Réputation : 2811
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 73
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Narvik, 1940 une victoire Française Empty NARVIK, UNE VICTOIRE FRANCAISE

    Message par Hubert DENYS le Sam 30 Mai - 11:58

    Tout n'est pas dit dans cet article, en particulier, la fourniture d'embarcations inadaptées, aux forces françaises par la Royal Navy, ce qui sera reproché par le Général De Gaulle à Churchill au retour de la 13e DBLE, ou du moins ce qu'il en reste, en Angleterre. De Gaulle accusera même les Anglais d'avoir envoyé sciemment les Français au suicide.
    Voici l'histoire :

    En 1939, la Royal Navy soumet au gouvernement les plans d'un bateau à fond plat qui serait construit en contreplaqué et muni à sa proue de deux portes blindées et d'une rampe mobile. Le concept du projet est accepté.  
    Narvik, 1940 une victoire Française Lca_0110
    Plan du LCA (IWM)

    Le premier prototype, conçu par White de Cowes (Ile de Wright) sur un plan de Fleming, est décevant et ne répond pas au cahier des charges car il est mû par deux moteurs à essence Chrysler, de 120cv chacun, qui sont très bruyants. Le fait que la coque de ce bateau est construite en aluminium amplifie encore plus le bruit. De plus, la forme et la conception de cette coque interdisent l'emploi de plaques de blindage, si chères à l'ISTDC qui tient absolument à ce qu'elles soient présentes.
    Un second prototype, conçu par John Isaac Thornycroft, répond mieux aux attentes de l'ISTDC : il a un faible tirant d'eau, il est mû par deux moteurs V8 à essence Ford de 65cv relativement silencieux et a une coque en bois qui permet la pose des fameuses plaques de blindage contre des armes légères
    Il s'avère rapidement que, du fait de son poids, sa motorisation trop faible lui confère une vitesse de déplacement lente ne dépassant jamais 10 nœuds/h à vide. Sa tenue à la mer est aléatoire si les vagues sont grosses et le bateau chargé. Les deux portes en acier offrent une bonne protection aux troupes mais l'étroitesse de la rampe gène le déploiement de celles-ci. Des cordages sont prévus sur le bastingage pour aider à secourir les soldats tombés à l'eau.
    La barge sera finalement rejetée par la Royal Navy pour ses piètres qualités nautiques. Cela est en partie dû à la faible motorisation d'où découle une faible vitesse.
    Néanmoins, afin d'utiliser ces barges, et devant l'insistance du Général Béthouart, commandant les forces françaises, elles serviront à effectuer le débarquement des troupes françaises, dont la 13e DBLE à Narvik en mai 1940. C'est un fiasco car aucune de ces barges ne reviendra à son port d'attache, elles seront toutes coulées soit par les tempêtes soit par les Stuka de la Luftwaffe, ce qui empêchera le rapatriement des chars d'assaut engagés dans l'offensive et provoquera la dispersion de la 13e DBLE
    Sources : The Division of Naval Intelligence US. Navy Department. OP-16-P-2.A10-/1. ONI 226/Serial n°0547116 du July, 14 1960.

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 85
    Points : 7574
    Réputation : 3159
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    Narvik, 1940 une victoire Française Empty Re: Narvik, 1940 une victoire Française

    Message par CASTOR2 le Sam 30 Mai - 17:21

    Merci Hubert Denys  pour les précisions concernant les barges de débarquement.
    Si le lecteur veut en savoir encore plus sur ce matériel, je pense qu’il est utile de lui signaler que vous disposez de différents articles sur ce sujet. ( par exemple : ICI)


    L’ECPAD propose un film d'actualité de l'époque  ICI

    Narvik, 1940 une victoire Française Dzobar10


    On y voit des barges rejoignant la rive, ce qui est quand même une première ... assorti du commentaire suivant : "Les barges de débarquement remorquées par des vedettes à moteur".
    Quels que soient en définitive les moyens avec lesquels les troupes ont débarqué, elles avaient les moyens de bien combattre, surtout avec l'appui de l’artillerie navale britannique.

    Commentaire accompagnant ce film.
    Le film « Narvik, première opération de débarquement. » (référence SCA 17, durée 12 minutes) présente l’expédition du Corps expéditionnaire français en Scandinavie (CEFS) en Norvège d’avril à mai 1940, et plus précisément : l’embarquement à Brest des 5e et 27e Demi-brigades de chasseurs alpins et de la 13e Demi-brigade de marche de la Légion étrangère, la traversée en mer, l’arrivée dans le Lofotenfjord, le débarquement des moyens militaires, la bataille pour le contrôle de la route du fer suédois et enfin, la prise de Narvik.
    D’après le journal de marche de la Brigade de haute-montagne, commandée par le général Béthouart, ces images ont été tournées par l’élément cinématographique de la Section topographique de la 1re Division légère de chasseurs et remises à la Section cinématographique du Service géographique de l’armée, qui deviendra le Service cinématographique des armées.
    Les opérations postérieures au 27 mai 1940 (l’attaque de Narvik et le rembarquement des troupes françaises le 7 juin 1940), bien que filmées, n’ont pu être récupérées car elles ont été embarquées à Harstad sur le cargo « Enseigne de vaisseau Préchac » qui est resté en Angleterre et dont le chargement n’a pas été transbordé. Le film, contrairement à ce que son titre laisse supposer, n’évoque donc que très peu la bataille de Narvik elle-même.


    - Pour la réaction de de Gaulle, je n’ai aucun élément d’information.

    - Quant à la mention : « au retour de la 13e DBLE, ou du moins ce qu'il en reste, en Angleterre…[/b]), une précision :
    La 13E DBMLE a été créée le 1er mars 1940.
    Le 1er juillet 1940, le 1er bataillon, 900 hommes, constitue en Angleterre, au retour de son opération en Norvège, au sein des FFL la 14e DBMLE tandis que le reste de la demi-brigade, 800 hommes issus principalement du 2e bataillon, rentre au Maroc et conserve le nom de 13e DBMLE.
    Le 4 novembre 1940, la demi-brigade du Maroc est dissoute ce qui permet aux troupes restées en Angleterre de prendre le nom de 13e DBLE).
    (Livre d’André-Paul Comor : L’épopée de la 13e DBLE 1940 – 45)

    C’est vrai, cette unité, ce « Régiment de circonstance »,  mériterait un sujet à lui tout seul.
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 134
    Points : 6997
    Réputation : 2811
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 73
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Narvik, 1940 une victoire Française Empty NARVIK, UNE VICTOIRE FRANCAISE

    Message par Hubert DENYS le Sam 30 Mai - 18:42

    Merci Castor de mettre le lien avec mon site. Pour l'instant, il n'est pas complet car il me manquait quelques renseignements sur certaines embarcations car il ne s'agit pas de relater n'importe quoi mais je vais y remédier. De plus j'avais des problèmes de plagiat avec Pinterest

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 85
    Points : 7574
    Réputation : 3159
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum