Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
»  Bientôt , mon livre !!!
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeHier à 23:48 par Invité

» 25 septembre : hommage national aux Harkis
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeHier à 18:28 par Invité

» Nouvelle veste thermique
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeHier à 16:50 par Kuiper

» Attentat du Drakkar
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeHier à 0:08 par Invité

» L'éléphant noir Spécial BEDO aout 2020
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeMar 22 Sep - 23:50 par WILLIS

» Russie : 2.685 chars de combat en service
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeMar 22 Sep - 19:29 par LANG

» Diego Charles Brosset
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeLun 21 Sep - 23:20 par Invité

» Le 13ème RDP inspire la littérature…
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeLun 21 Sep - 20:24 par Invité

» Ignorance du monde militaire chez les civils,
Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Icon_minitimeLun 21 Sep - 17:04 par Blu

Septembre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 406 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est jean marie

    Nos membres ont posté un total de 4863 messages dans 1726 sujets

    Fin de la conscription en France, 28 mai 1996.

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Empty Fin de la conscription en France, 28 mai 1996.

    Message par vent du sud le Jeu 28 Mai - 10:38



    Le 28 mai 1996, le président de la République française Jacques Chirac annonce la fin du service militaire obligatoire au détour d'une allocution télévisée. Sa décision est spontanément approuvée par les éditorialistes, la classe politique et l'opinion publique. Elle est officialisée par la loi du 28 octobre 1997 qui « suspend » la conscription mais réserve la possibilité de la rétablir en cas de crise grave menaçant l'existence de la nation.

    Les derniers conscrits ont fêté la « quille » en 2002, soit plus de deux siècles après le vote de la loi Jourdan. En se cantonnant à une armée de métier, la France s'aligne sur les démocraties à l'anglo-saxonne (Royaume-Uni, États-Unis, Pays-Bas,...).

    vent du sud
    vent du sud

    Messages : 106
    Points : 15321
    Réputation : 2113
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Empty LOI JOURDAN

    Message par vent du sud le Jeu 28 Mai - 10:42



    Le 19 fructidor An VI (5 septembre 1798), sous le Directoire, Jean-Baptiste Jourdan, à l'assemblée des Cinq-Cents et ancien vainqueur de Fleurus, fait voter une loi qui institue la conscription et le service militaire obligatoire. L'article premier de la loi Jourdan énonce : « Tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie ».

    Avec la loi Jourdan, la guerre n'est plus réservée à des professionnels comme sous l'Ancien Régime, quand les souverains recrutaient les soldats parmi les vagabonds et les officiers parmi les jeunes nobles en mal d'aventures et de gloire.


    De la milice médiévale à la conscription
    Il existait jusqu'à l'aube de la Révolution une forme de service militaire : la milice, composée de célibataires recrutés par tirage au sort. D'origine médiévale, cette force d'appoint au service des seigneurs et des souverains avait été renforcée par une disposition de Louvois, secrétaire d'État de la Guerre de Louis XIV, en 1688.

    Cette milice était assez peu contraignante mais très impopulaire à cause des abus qu'en faisaient les agents du roi et de son caractère inégalitaire : seuls étaient astreints à servir les paysans et manouvriers pauvres. Elle est réprouvée dans son principe par les cahiers de doléances de 1789 et abolie.

    Mais le 11 juillet 1792, effrayée par la menace d'invasion étrangère, l'Assemblée législative proclame la « Patrie en danger » et lance un vibrant appel aux volontaires, avec un résultat très relatif. Aux côtés des vétérans de l'ancienne armée royale, les nouveaux engagés remportent la victoire de Valmy. Toutefois, ils ne suffisent pas à apporter la paix...

    Comme le pays est désormais menacé par une première coalition européenne et que les bonnes volontés s'épuisent, la Convention nationale recourt le 24 février 1793 à la « levée en masse » de 300 000 hommes, recrutés parmi les célibataires et veufs de 18 à 45 ans par les départements de la manière qui leur convient (tirage au sort, désignation...).

    Ce retour à grande échelle de l'ancienne milice débouche sur des désertions en nombre et des soulèvements. Les paysans renâclent et, pire que tout, les Vendéens se soulèvent ! La Révolution n'en est pas moins sauvée une nouvelle fois l'année suivante, en juin 1794, par la victoire de Fleurus.


    La conscription entre dans les moeurs
    Avec l'avènement du Directoire, la Révolution s'engage dans des guerres de conquêtes.

    C'est alors que la loi Jourdan oblige tous les jeunes gens entre 20 et 25 ans à s'inscrire sur les registres communaux pour faire face à la menace d'une deuxième coalition européenne. Cette « conscription » a pour objet de faciliter une levée en masse. Les citoyens sont appelés sous les drapeaux sur ordre ou par tirage au sort, avec possibilité pour les plus fortunés de se trouver un remplaçant.

    Les conscrits se disposent à un service de cinq ans. Ils sont répartis en 5 classes et chaque année sont appelées une ou plusieurs classes en fonction des besoins militaires. La loi Jourdan suscite encore plus de réticences que la levée en masse de 93. Il y a beaucoup de réfractaires et le Directoire a le plus grand mal à recruter les effectifs souhaités.

    Après la paix d'Amiens, en 1802, le Premier Consul Napoléon Bonaparte se garde d'abroger la loi Jourdan et quand reprend la guerre, il prend l'habitude d'y recourir pour compléter les effectifs de la Grande Armée. C'est seulement à la chute de l'Empire, avec le retour à la stabilité et à la paix que la loi Jourdan est abolie par le roi Louis XVIII, au grand soulagement de l'opinion.


    Le bel avenir de la conscription
    Au cours du XIXe siècle, les besoins militaires imposent le recours à une conscription allégée, laissant une grande place aux dispenses de tous ordres, au tirage au sort et aux remplacements, qui permettent aux enfants de la bourgeoisie de payer un jeune paysan pour qu'il parte à leur place.

    Le 21 mars 1905, le gouvernement de Maurice Rouvier instaure un service militaire obligatoire de deux ans pour tous les citoyens mâles, sur le modèle allemand. Il n'est plus question de dispenses ou de tirage au sort. En pleine guerre religieuse, l'opinion républicaine se réjouit de voir les « curés sac au dos ». En compensation, à effectifs constants, la durée du service actif est ramenée de trois à deux ans. À noter que les élèves des grandes écoles accomplissent la première année dans le rang, la deuxième comme sous-lieutenant. Pendant la Grande Guerre, ces jeunes gens majoritairement issus de la bourgeoisie paieront cher ce « privilège » car ils seront en première ligne dans les assauts.

    Mais après l'affaire d'Agadir, le ciel européen se couvre à nouveau de nuages et la menace d'une agression allemande réapparaît. Le président Raymond Poincaré obtient, le 19 juillet 1913, que les députés votent l'allongement à trois ans du service actif.

    Quand éclate la Grande Guerre de 1914-1918, les généraux de tous les bords, qui disposent avec la conscription d'armées nombreuses et de soldats non professionnels, sont incités à multiplier les offensives meurtrières.

    Cette tragédie entraîne certains officiers à repenser le service militaire. En 1934, le colonel Charles de Gaulle dénonce les effets nocifs de la conscription et préconise la création d'une armée mécanisée et formée de professionnels éprouvés (Vers l'armée de métier, Berger-Levrault).

    Au XXe siècle, seules les deux principales démocraties du monde, le Royaume-Uni et les États-Unis, persistent à ignorer la conscription permanente : elles n'instaurent le service militaire obligatoire qu'à titre provisoire, pendant les grandes crises internationales. À l'encontre des idées convenues qui voient dans les armées de conscrits un rempart contre la tyrannie, toutes les dictatures, de Lénine à Pinochet, s'appuient sur de telles armées.




    herodote
    vent du sud
    vent du sud

    Messages : 106
    Points : 15321
    Réputation : 2113
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Fin de la conscription en France, 28 mai 1996. Empty Re: Fin de la conscription en France, 28 mai 1996.

    Message par Ludovic-P le Jeu 28 Mai - 14:27

    A quand un retour au service militaire ?

    Je deviens comme les vieux avec le temps…. c'est évident  Very Happy
    Toi aussi tu seras un homme mon fils….mais quand ?
    De nos jours c'est la lente glissade vers l'anarchie qui nous guette dans l'ombre. Les jeunes ?
    A l'écoute d'eux-mêmes, de leurs nombrils, de leurs désirs déviants…
    Ils ont un cerveau qui ne leur sert pas à grand chose et un disque-dur/cerveau externe sous la forme d'un téléphone portable...qui occupe tout leur temps en futilités.
    A la recherche permanente du "paraitre" plutôt que de tendre à "être".
    Personnellement, cela commence à me préoccuper.
    Si "ça pète", cherchez moi dans la montagne, je regarderai à la jumelle tout ce beau monde s'étriper pour une boite de conserve ou un paquet de "Frolic".
    Evidement, je ferais ça en grignotant un bout de sanglier comme il se doit.  Razz

    Non, réellement, que leur restent-ils ? Esprit d'équipe ? Patriotisme ? Non, un nombril.
    Retour au service militaire pour rétablir quelques bonnes valeurs et leur inculquer pour commencer le patriotisme, le respect, l'ordre, la loi. Les parents n'ont pas le temps, les profs désertent et prennent des claques...au mieux.
    Certain pensent que nos dirigeants ne voudraient plus former les gens à se battre, craignant plus l'insurrection que l'invasion.
    Je ne sais qu'une chose, nous glissons mollement vers un avenir qui me semble bien peu reluisant...au service du "moi".
    Ludovic-P
    Ludovic-P

    Messages : 17
    Points : 2840
    Réputation : 1040
    Date d'inscription : 14/05/2020
    Age : 49
    Localisation : Menton-06

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum