Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Ouvrez le ban !
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeAujourd'hui à 22:00 par LANG

» radicalisation islamiste
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeAujourd'hui à 21:13 par Invité

» La colère du général Soubelet
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeAujourd'hui à 17:38 par LOUSTIC

» Une initiative saugrenue
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeAujourd'hui à 17:29 par suspente

» Les tunnels de guerre vietnamiens
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeAujourd'hui à 8:55 par Blu

» Photo : bière et Spitfire
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeHier à 18:13 par Invité

» Hommage aux fusillés d’Ecole en Bauges du 6 juillet 1944
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeHier à 16:31 par LANG

» Quand l'armée de l'air inventait les paras... grâce aux Soviétiques
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeHier à 10:04 par Invité

» ASAF Opération Barkhane en images
Chef de bataillon Gildas Lebeurier Icon_minitimeMar 7 Juil - 20:58 par Blu

Juillet 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 39 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 39 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 369 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Decarpentry

    Nos membres ont posté un total de 4495 messages dans 1568 sujets

    Chef de bataillon Gildas Lebeurier

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Chef de bataillon Gildas Lebeurier Empty Chef de bataillon Gildas Lebeurier

    Message par CASTOR2 le Mer 27 Mai - 21:09

    Gildas Lebeurier
    (Pour en parler, j’ai repris un ancien article d’opex360.)

    Un grand soldat vient de nous quitter
    PAR LAURENT LAGNEAU • 11 JUIN 2017



    Chef de bataillon Gildas Lebeurier Lebeur10


    Il se sera illustré dans toutes les guerres menées par la France entre 1940 et 1965. Le chef de bataillon (CBA) Gildas Lebeurier, dit « Gil », nous a quittés le 2 juin dernier. Son avis de décès a été publié par sa famille dans le carnet du Figaro, une semaine plus tard.
    Né le 22 mars 1925, Gildas Lebeurier a 17 ans quand, avec Émile Guégen, il forme avec des camarades de lycée un groupe de résistants. Groupe qui participera à plusieurs actions menées dans la région de Plourin-les-Morlaix, en Bretagne, avant de rejoindre le maquis FFI de Saint-Laurent en Plouégat-Guérand.
    Sous-lieutenant à « titre fictif », Gildas Lebeurier commande le Groupe Franc Libération Nord et prend part à la libération de Morlaix, le 8 août 1944, puis aux combats de la poche de Lorient, en 1945, après avoir rejoint le 118e Régiment d’Infanterie (RI).
    Blessé à deux reprises lors de ses actions au sein de la Résistance, il reçoit deux citations, dont une à l’ordre de l’Armée. Puis il est nommé sous-lieutenant de réserve.
    Mais le jeune homme n’entend pas quitter l’uniforme. Il commence une carrière de parachutiste, d’abord à Lannion, puis à Pau avant d’être nommé lieutenant d’active le 10 juin 1947. Près d’un an plus tard, il part en Indochine.
    Affecté au 2e Bataillon colonial de commandos parachutistes (BCCP), il est fait chevalier de la Légion d’Honneur le 30 décembre 1948. Et il ne manque pas de distinguer à nouveau dans les rizières indochinoises : il se voit décerner deux autres citations, dont une à l’ordre de l’Armée.
    De retour en France en 1950, le lieutenant Lebeurier ne tardera pas à repartir en Asie. Cette fois en Corée, avec le Bataillon français de l’ONU (BF/ONU) du général Monclar. Et, à Wonju, localité située à environ 145 km à l’est de Séoul, et dans des conditions métérologiques difficiles (l’hiver y est alors d’une rigueur extrême), le jeune officier va mener ce qui sera la dernière charge à la baïonnette de l’armée française.
    Le journaliste Erwan Bergot [qui écrit « Lebeurrier »] raconte : « Wonju, 10 janvier 1951. ‘Baïonnette au canon! À l’assaut!’ À la suite de leur chef, le lieutenant Lebeurier, les 25 volontaires s’élancent à la l’attaque. Après un bref et brutal corps à corps sur un piton enneigé, ils culbutent une compagnie nord-coréenne fanatisée qui s’accrochait depuis le matin. C’est un exploit d’autant plus remarqué qu’il s’est déroulé sous les yeux des deux plus grands correspondants de guerre américains, stupéfaits. Dans quelques jours, ‘la charge à la baïonnette, des Français à Wonju’ va devenir légendaire et leur bataillon, gagner son billet d’entrée dans le club ultra-fermé des unités d’élite servant en Corée sous la bannière des Nations unies. »

    Chef de bataillon Gildas Lebeurier Lebeur11



    Pour ce fait d’arme, mené, d’après l’anecdote, au cri de « mort aux cons »(*), le lieutenant Lebeurier recevra la Silver Star américaine. Puis, gravement blessé par un obus de mortier, il sera rapatrié en France en février 1951.
    Affecté à l’inspection des troupes aéroportées (TAP) durant sa convalescence, il enchaînera diverses affectations pendant les 5 années suivantes. Promu officier de la Légion d’Honneur (1955) et capitaine (1956), il retrouve le 2e Régiment de parachutistes coloniaux (ex-2e BPCC, qui deviendra 2e RPIMa).
    Son régiment étant engagé dans l’expédition du Canal de Suez (fin octobre 1956), le capitaine Lebeurier enlève, à la tête de sa compagnie, et sans coup férir, la caserne des fedayins de Port Fouad. De retour en Algérie, il est promu commandeur de la Légion d’Honneur le 14 juillet 1959. À l’issue de son séjour en Afrique du Nord, il compte cinq citations de plus (dont 4 à l’ordre de l’Armée).
    En 1960, Gildas Lebeurier prend la tête des Nageurs de Combat, si chers à Robert Maloubier. Mais dans le cadre de l’affaire algérienne (et des tensions qu’elle suscitent alors dans les rangs de l’armée), l’officier est relevé de son commandement le 4 décembre 1962, puis est rayé du tableau d’avancement au titre de l’année 1963.
    Finalement, il sera mis hors des cause.
    Début 1964, il est mis en disponibilité pour deux ans avant de quitter le service actif. Il sera promu chef de bataillon au titre de la réserve en octobre 1981.
    Ce n’est qu’en 2005 que Gildas Lebeurier sera élevé à la dignité de Grand Officier de la Légion d’Honneur. « C’était un type formidable, le plus intelligent que j’ai jamais connu. Il a fait toutes les guerres (39-45, l’Indochine, la Corée, Suez et l’Algérie), ce qui lui a valu de hautes distinctions. J’ai toujours eu énormément de respect pour lui », a témoigné, dans les colonnes du Télégramme, Marcel Le Jeune, qu’il a connu à l’époque du maquis de Saint-Laurent.

    Photo : Le CBA Lebeurier (c) Fédération nationale des associations parachutistes

    (*) Banzai ou « mort aux cons » ?
    Dans la presse américaine il sera question de « Banzai » ! Les traductions sont difficiles en pleine action avec en plus des termes un peu particuliers.  En tout cas c’est devenu une légende…



    *****

    Voir également le fichier PDF publié par l’association des anciens et amis des forces françaises de l’ONU :   ICI
    Fichier dans lequel je vous engage à lire la note de service du général B. Ridgway concernant les baïonnettes…
    Fichiers joints
    Chef de bataillon Gildas Lebeurier Attachment
    stars and stripes.pdf (293 Ko) Téléchargé 67 fois
    CASTOR2
    CASTOR2
    Histoire et Mémoire
    Histoire et Mémoire

    Messages : 134
    Points : 7007
    Réputation : 2811
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 73
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Chef de bataillon Gildas Lebeurier Empty Re: Chef de bataillon Gildas Lebeurier

    Message par Ludovic-P le Jeu 28 Mai - 23:18

    Bonsoir à tous.
    Encore un bel article sur un homme véritable et honorable.
    Il n'y a vraiment que le tumulte de la guerre pour révéler la vraie nature de chacun. Voilà donc une sacré nature de guerrier exprimée par ce soldat.
    Aujourd'hui comme hier tant se prennent pour des hommes pour le simple fait d'avoir "trousser" une fille ou couru 10 km…
    Pour toi l'ancien aussi, respect et salut !
    Car c'est bien souvent que tu as montré que tu en étais un, un vrai "homme", un vrai patriote et un vrai soldat.
    A ta mémoire, respect et salut !
    Ludovic-P
    Ludovic-P

    Messages : 15
    Points : 1810
    Réputation : 840
    Date d'inscription : 14/05/2020
    Age : 49
    Localisation : Menton-06

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum