Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Juin 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 40 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 39 Invités :: 1 Moteur de recherche

    amarante

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 353 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est TICKLAZ

    Nos membres ont posté un total de 4277 messages dans 1476 sujets

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par Hubert DENYS le Jeu 21 Mai - 2:22

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT:
    Le casque a été utilisé dans les guerres dès l'Antiquité et sur tous les continents. C'était un équipement de protection individuelle destiné à protéger la tête du combattant d'un traumatisme crânien. En Europe, selon sa forme, il portait le nom de bourguignotte, cabasset, heaume, salade. Il servait à parer et à protéger des coups d'épées, de sabres, des masses d'armes, des fléaux. Il est devenu obsolète avec l'apparition des armes à feu comme les mousquets et des arbalètes et a pratiquement disparu des champs de bataille.
    Les premiers casques à réapparaitre sont :
    -1)- Le casque à pointe de l'armée prussienne en 1842, sous l'impulsion du Kaiser Frédéric- Guillaume IV. Il n'était qu'un casque en cuir bouilli moulé recouvert de verni noir et doté d'une pointe métallique censée écarter les coups de sabres ou d'épées. Plusieurs trous y ont été percés pour améliorer la ventilation. Ils ont parfois été recouverts d'une housse de tissus similaire à la couleur de l'uniforme, afin de favoriser le camouflage. Il était onéreux et long à fabriquer. Le nom allemand de ce casque est "Pickelhaube".

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Casque à pointe "Pickelhaube. (Bundesarchives)

    Une rumeur prétend que c'est la forme de ce casque qui est à l'origine de l'expression "tête de boche". Cette qualification était employée péjorativement. Elle désignait autrefois une grosse boule en bois, appelée "tête de bois", pour jouer aux quilles mais rien n'est avéré. Selon Eugène Boutmy qui écrit dans : "Dictionnaire de l’Argot des typographes, page 60, 1883, Marpon et Flammarion. Entrée : "Boche (tête de) s. f. Tête de bois". Ce terme est spécialement appliqué aux Allemands parce qu’ils comprennent assez difficilement, dit-on, les explications des metteurs en pages, soit à cause d’un manque de vivacité intellectuelle, soit à cause de la connaissance imparfaite qu’ils ont de la langue française et de leur impardonnable ignorance de l’argot typographique. Ceci est à rapprocher du mot "bosch" qui signifie bois en bas allemand et en néerlandais"

    -2)-Le casque de la Garde Républicaine française dont l'origine remonte à 1848. La longue crinière qui part du haut du casque des cavaliers de la Garde Républicaine, et qui descend jusqu’aux hanches, n’est pas, à l’origine, un accessoire esthétique. Elle avait une fonction de défense car elle permettait de protéger la nuque des soldats des coups de sabre portés par-derrière. Elle est constituée de crins de queue de cheval qui ont la propriété d'empêcher le fil d'une lame même bien aiguisée de les couper.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Casque d'un Garde Républicain (Archives Nationales)


    Vidéo sur l'entretien d'un casque de la GRP
    Au début de la Première Guerre mondiale, aucune des troupes belligérantes n'avaient de casque d'acier pour leurs soldats. Les hommes allaient au combat avec une coiffure de tissu (képi, casquette, calot) n'offrant aucune protection contre les armes modernes. Les Etats-Majors ont donc étudiés le moyen de protéger leurs soldats des blessures occasionnées notamment par les éclats d'obus et de leurs retombées dans les tranchées.
    En 1915, le général français Louis-Auguste Adrian conçoit dans l'urgence un casque de 700 grammes d’acier en tôle de 0,7mm inspiré de la bourguignotte du Moyen Âge : le casque Adrian M1915. Tout comme ses homologues allemands ou britanniques, ce casque léger n’est pas capable d’arrêter directement une balle de fusil ou de mitrailleuse légère, mais il est équipé d’une cimière, cette pièce de métal fixée sur le sommet, destinée à amortir des impacts venant d’en haut. Il était aussi plus léger que le casque Brodie et que le Stahlhelm. Il fut distribué aux troupes à partir de septembre 1915. Les casques sortent des usines Japy Frères rue Albouy à Paris, à Beaucourt près de Belfort, et par d'autres entreprise comme la Compagnie Coloniale, Reflex, Jouet de Paris, Société des Phares Auteroche, Dupeyron, Compagnie des compteurs, et Bonnet, sur le boulevard Beaumarchais à Paris. Il équipera aussi les armées belges, luxembourgeoises et italiennes.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Le casque français Adrian. (Archives Nationales)

    A la même époque, les Anglais ont conçu un casque d'acier breveté par John Brodie. Le Departement of Invention du War Office anglais évalua le casque français. Il ne le trouva pas suffisamment solide et trop difficile à réaliser par de petites usines. Le modèle de Brodie offrait l'avantage d'être embouti rapidement à partir d'une seule feuille de métal, ce qui lui donnait un supplément de force. Il avait l'inconvénient de ne protéger que des retombées de terre ou de débris et de laisser les côtés de la tête à découvert. Il commença à être distribué à partir de l'automne 1915, mais ne fut disponible en grandes quantités qu'à partir du printemps 1916. C'est lors de la bataille de Saint-Éloi, en avril 1916, qu'on l'utilisa pour la première fois au combat. Il était surnommé " soup plate" (assiette à soupe) par les "Tommies", "Beard dish" (plat à barbe) par les Américains et Salatschüssel (saladier) par les Allemands. Il fut utilisé dans l'US Army jusqu'en 1942 sous l'appellation M1917A1, jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le casque US M1.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Le casque anglais Brodie. (IWM)

    En 1916, la Heer (armée allemande) décide de changer ses casques à pointe, jugés inefficaces et trop visibles, par le Stahlhelm (littéralement "casque d'acier"), constitué d'une plaque d'acier de 0,6mm emboutie. Ce casque fût jugé, à juste titre, bien plus protecteur que ses homologues français et britanniques. Le Stahlhelm M 1916 vit le jour après environ huit mois d'études poussées, menées par les services de l'institut technique de Hanovre. L'inventeur du design final du casque est le Dr Friedrich Schwerd. Il n'entrera en service qu'à la bataille de Verdun, en février 1916.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Le Stahlhelm 1916.   (Bundesarchives)

    Ce casque sera remplacé, au début de la seconde guerre mondiale, par le Stahlhelm modèle 1935 produit à partir de mars 1935. Sa taille est réduite, notamment celle de la visière et du protège-nuque, mais l'épaisseur de l'acier de la coque est augmentée et passe de 0,6 mm à 1,2 mm. Il pèse entre 850g et 1,100 kg, suivant l'une des 5 tailles disponibles. Ses formes sont aussi plus arrondies. Sa forme si caractéristique a servi de base pour celles des casques modernes, dont le PASGT américain ou les casques kevlar français et allemands.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Le Stahlhelm 1935 (Bundesarchives)

    Le casque US M1:
    En 1941, l'US Army désire que ses équipages de chars d'assaut soient munis de casques antichocs semblables à ceux utilisés par les joueurs de football américain. Le propriétaire du brevet de ce genre de casque, John T. Riddle est contacté par l'US Army. En effet, Robert G. Patterson, du ministère de la guerre, cherche depuis 1932 à remplacer le casque plat M1917A1, d'origine britannique, qui est idéal pour les combats de tranchée mais inadéquat en terrain découvert car ne protégeant pas les côtés et l'arrière de la tête. Il souhaite un casque qui serait à la fois fonctionnel, universel, adaptable à toutes les armes que ce soit l'aviation, la marine, l'infanterie ou les parachutistes.
    John T. Riddle étudie la question et propose une solution originale :
    Un casque se compose de deux parties : Un casque lourd en acier et un casque léger ou liner. Les deux parties s'emboîtent parfaitement l'une dans l'autre pour ne faire qu'une. L'ensemble pèse 1350g. Il est simple, ingénieux car de taille unique (One size fits all), un système d'ajustement à la tête de chaque homme très simple et fonctionnel est inclus dans le liner. C'est ce qui va être à la base de son succès car c'est le seul casque à être conçu ainsi. Ce prototype est dénommé TS-3.
    L'US Army décide de faire produire une présérie limitée de 100 casques et fait pratiquer des essais au fort Brenning en Géorgie. Les premiers essais sont concluants, le casque reçoit l'appellation M1. Puis on fait tester le casque par des unités parachutistes et là, les résultats sont moins encourageants. On s'aperçoit vite que la forme profonde de la coiffe offre un effet de levier important aux forces tangentielles, dangereuses pour la colonne cervicale lors d'un impact brutal comme ceux rencontrés lors d'un saut en parachute, occasionnant de nombreux traumatismes. On supprime donc le casque provisoirement. On procède alors à des études d'impacts sur des mannequins, on trouve la raison du défaut et on y apporte la solution : Il suffit de réduire la profondeur du casque de 2" (env. 5 cm.) Après cette modification, il n'a plus jamais eu de traumatismes enregistrés au niveau des vertèbres cervicales occasionnées par le casque.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Le casque lourd USM1 et son liner "haute pression". (NA/USA)


    Le Liner :
    Le liner, autrefois appelé "casque léger" par les militaires français, est un dérivé du casque tropical américain qui était fabriqué à partir de feuilles de papier compressées enduites de résines. Il était très efficace pour se protéger du soleil comme de la pluie. La forme de ce casque tropical a été fortement inspirée par celle du casque colonial français Guéneau modèle 1886 qui était fabriqué en particules de liège compressées.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Casque colonial français Guéneau 1886 (ANF.)

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Casque tropical américain (NA/USA)

    Il y eu 2 sortes de liners qui ont été fabriqués et mis en service dans l'US Army.
    Le tout premier a été fabriqué par Hawley Products Company, pour les liners en carton compressé recouvert d'une toile vernie imperméable, et General Fiber Company pour les liners en fibres compressées enduites de résines. Ces deux modèles étaient reconnaissables aux suspensions blanches en toile dénommées "Riddle" (claie) fixées par des rectangles de métal nu. Leur jugulaire est composée d'une lanière de cuir qui se règle avec une boucle rivetée inamovible (Chinstrap Buckle= jugulaire à boucle). Le tour de tête (Sweat Band= bande de transpiration) est réalisé au moyen d'une bande de toile vernie réglable par boutons pressions dont la partie avant est en cuir. Dès 1942, ce liner sera vite abandonné car les fibres qui le composaient étaient trop sujettes à déformations, en particulier à celles dues à l'humidité et à la chaleur, et son Sweat Band se déchirait trop facilement.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Intérieur d'un liner Hawley 1ermodèle (NA/USA)

    Le second modèle de liner est identique au premier quant à sa forme et son mode de fabrication. Les différences résident en des transformations des pièces de réglage du tour de tête et de fixations de l'ensemble Sweat Band, Riddle et Chinstrap Buckle. A partir de juin 1942 les suspensions sont Olive Drab n°3 (Olive Drab= Vert foncé, tirant sur le brun) fixées par des plaques en métal ayant la forme d'un A dénommées "A Washers" (rondelles en A). Les premières ont été fabriquées en acier nu, puis elles ont été peintes de couleur Olive Drab en 1943 pour finir en laiton anodisé noir en 1944. Leur Sweat band est dorénavant entièrement fabriqué en cuir maintenue par des crochets d'abord en acier nu, puis peints en Olive Drab pour finir en laiton anodisé noir.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Intérieur d'un liner Hawley 2e Modèle (NA/USA)

    La jugulaire devient amovible grâce à un clip fixé sur le liner. Le système de réglage se fait par une pince métallique.
    A cette époque, deux sortes de liner cohabitèrent :
    - Les basses pressions : ceux-ci étaient fabriqués uniquement par "The Hood Rubber Company". Ces liners étaient réalisés à partir de simples bandes de fibres de verre imprégnées de résines polymères qui étaient moulées sur des formes

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Intérieur d'un liner basse pression (NA/USA)

    -Les hautes pressions : ceux-ci étaient fabriqués par " The Saint Clair Company". Ces liners étaient aussi réalisés à partir de bandes de fibres de verre mais imprégnées de résine de phénol. Ces bandes étaient moulées sur des formes puis pressées à chaud (220°c) pendant 20 minutes. Cette méthode de fabrication avait l'avantage de conférer au liner une meilleure résistance aux chocs, donc une meilleure solidité, mais avait aussi le défaut d'être plus onéreuse à produire.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Intérieur d'un liner haute pression (NA/USA)

    Apparurent ensuite des liners en matière plastique, notamment ceux fabriqués par la firme Westinghouse. La fabrication de ces liners avait l'avantage d'être très rapide par l'injection automatique de la matière à forte pression dans des matrices, d'où une augmentation importante de la production.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Liner en matière plastique (NA/USA)

    La fabrication d'un casque lourd USM1:
    La fabrication du casque lourd est entièrement automatisée. Elle consiste en 27 opérations successives réalisées en 22 minutes. C'est la Mc Cord Radiator Company qui remporte le marché car c'était la seule qui possède des presses adéquates capables d'emboutir à froid l'acier au manganèse Hadfield.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
     
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Différentes étapes de la fabrication de casque lourd USM1, dans les ateliers de Mc Cord Radiator. (NA/USA)
    Ce casque fut tellement apprécié et rentable qu'il fut utilisé pendant trois guerres (Seconde Guerre Mondiale, Corée et Viêt-Nam), de 1940 à 1985 et il équipa les armées de nombreux pays dont la France qui le fabriqua sous licence.

    Jusque dans les années 1980, le casque militaire était essentiellement métallique. Les soldats disposaient en général d'un casque léger sur lequel on pouvait ajouter le casque lourd fabriqué sur le modèle du casque américain US M1. Les casques modernes sont monoblocs, réalisés en matériaux composites comme le Kevlar composant le casque US PASGT (Personnel Armor System for Ground Troops, Système d'armure du personnel pour les troupes au sol)
    Actuellement, le casque reste employé par les armées du monde entier pour protéger le soldat contre les éclats de grenade, d'obus, de roquette ou de dévier une balle rasante, mais il est incapable, comme ses prédécesseurs, d'arrêter une balle le percutant de plein fouet, en raison de la force d'impact et du pouvoir de pénétration très élevé des projectiles.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Le casque US PASGT en Kevlar. (NA/USA)

    Au début de l'année 2020, des ingénieurs américains ont mené des tests pour comparer les mérites respectifs des casques allemands (Stahlhelm), britanniques (Brodie) et français (Adrian) en termes de résistance face au souffle d'une explosion, car ils se sont rendus compte que le casque actuel de l'armée américaine est moins efficace que ceux proposés en Europe. Les résultats des tests sont les suivants :
    "La pression exercée sur le casque était similaire à celle reconnue pour provoquer des hémorragies cérébrales. Les tests ont montré que le risque de traumatismes était de 50% sans casque, de moins de 10% avec les casques allemand et britannique, de 5% avec le casque moderne américain et de 1% seulement avec le casque français Adrian".
    L'étude précise que les trois casques d'essais ont été fabriqués avec les mêmes matériaux, seul le casque Adrian a eu une coque en métal plus fine que le modèle d'origine, mais ce qui fait la différence c'est : "Cette crête au sommet du casque. Même si elle avait été conçue pour protéger des éclats de métal, cette caractéristique pourrait bien aussi protéger des ondes de choc générées entre autres, par les explosions" selon un des auteurs de l'étude, Joost Op't Eynde.

    En ce qui concerne un autre casque utilisé pour une autre forme de combat, celui des pompiers, le casque F1 est un casque de pompier d'origine française. C'est le casque de protection le plus utilisé par les pompiers dans le monde.
    Il est constitué d'une calotte thermoplastique, d'une coiffe, de jugulaires et d'un écran facial escamotable dans la calotte. Transparent ou doré, ce dernier offre une bonne protection contre la lumière et le rayonnement. Un écran oculaire, amovible lui aussi, peut offrir une protection des yeux contre les éclats et les débris. Un bavolet, optionnel mais très utilisé, protège la nuque du rayonnement, des éclats et des écoulements de liquides. A l'origine, afin de rendre les hommes plus visibles dans un sinistre, ce casque était revêtu d'une couche de nickel mais, à cause de sa très forte conductibilité des courants électriques, ce matériau a été abandonné au profit d'une peinture photoluminescente tout aussi repérable. Suivant les modèles, son poids se situe environ à 1 750 grammes plus ou moins 50 grammes (modèle 53 à 64 cm de tour de tête).
    En 2011, il a été vendu à un million et demi d'exemplaires et exporté dans plus de 80 pays parmi lesquels :
    Europe :
    Belgique, Croatie, Espagne, France, Luxembourg, Royaume-Uni, Suisse etc.
    Amérique du Nord :
    États-Unis
    Québec

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Le casque prototype des Pompiers français.  (BSPP)

    Hubert DENYS
    Avertissements concernant les droits d'auteurs :
    Art. L.122-4 : Toute reproduction, même partielle, par quelque moyen que ce soit, sans l'autorisation écrite de l'auteur est interdite et illégale.
    Art. L.716-9 :  Le fait de mettre une œuvre à la disposition du public sur Internet nécessite impérativement l'autorisation écrite de son auteur ou de ses ayants droits


    Dernière édition par Hubert DENYS le Jeu 21 Mai - 10:56, édité 1 fois

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 84
    Points : 7054
    Réputation : 3009
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty Re: LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par saut ops le Jeu 21 Mai - 9:19



    Une rétrospective intéressante sur le casque militaire.
    Et puis à l'approche du D-DAY, peut-être pouvons nous mettre ici une photographie, la photographie sans doute la plus emblématique pour beaucoup d'entre-nous.

    Nous irons au cœur du monde
    Par la poudre et le canon
    En comptant chaque seconde
    Car ce jour est le plus long



    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    saut ops
    saut ops

    Messages : 90
    Points : 13371
    Réputation : 1532
    Date d'inscription : 29/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty Re: LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par jojo27 le Jeu 21 Mai - 12:33

    Merci Hubert ,
    Toujours aussi passionnent les sujets que tu publie .Encore merci très instructif .
    jojo27
    jojo27

    Messages : 73
    Points : 4837
    Réputation : 724
    Date d'inscription : 26/05/2019
    Age : 58
    Localisation : eure

    Revenir en haut Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty Re: LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par junker le Jeu 21 Mai - 14:16

    Denis est un puits de connaissances !!! BRAVO !
    junker
    junker

    Messages : 345
    Points : 9810
    Réputation : 2952
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par Hubert DENYS le Jeu 21 Mai - 18:54


    Merci mais n'exagérons rien non plus !
    Une source peut-être mais pas un puit

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 84
    Points : 7054
    Réputation : 3009
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty Re: LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par Ludovic-P le Sam 23 Mai - 8:46

    Super article bravo !
    Et puis la partie sur les tests comparatifs de protection des casques est un bijou !
    C'est toujours agréable de pouvoir se moquer des ricains :'-)
    Ludovic-P
    Ludovic-P

    Messages : 15
    Points : 1460
    Réputation : 840
    Date d'inscription : 14/05/2020
    Age : 48
    Localisation : Menton-06

    Revenir en haut Aller en bas

    LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT Empty Re: LES ORIGINES DU CASQUE DE COMBAT

    Message par Blu le Sam 23 Mai - 9:21

    Voir aussi notre article concernant les essais : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    Blu
    Blu

    Messages : 15
    Points : 1460
    Réputation : 790
    Date d'inscription : 09/05/2020
    Age : 60
    Localisation : Provins

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum