Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Requiem pour Dien Bien Phu
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeHier à 20:19 par Invité

» Ce jour-là : Un 14, un défilé
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeHier à 18:51 par Invité

» Le Tata de Chasselay
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeSam 11 Juil - 19:31 par CASTOR2

» Une vaste base allemande mise au jour près de Caen
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeSam 11 Juil - 9:08 par tarmac

» 10 juillet 1943, opération Husky
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeVen 10 Juil - 20:28 par Invité

» FNAP : collecte de sang du 14 juillet
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeVen 10 Juil - 16:45 par Blu

» 17 juillet 2019
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeVen 10 Juil - 8:43 par vent du sud

» Ouvrez le ban !
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeJeu 9 Juil - 22:00 par LANG

» radicalisation islamiste
L'humour du Général de Gaulle Icon_minitimeJeu 9 Juil - 21:13 par Invité

Juillet 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 372 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est sauze

    Nos membres ont posté un total de 4505 messages dans 1575 sujets

    L'humour du Général de Gaulle

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    L'humour du Général de Gaulle Empty L'humour du Général de Gaulle

    Message par ciel de pau le Ven 8 Mai - 8:56



    En septembre 1959, lors d'un voyage officiel dans le Pas-de-Calais, de Gaulle, devenu président de la République, est présenté à l'abbé Baheux, très ému, qui lui dit en tremblant : « Mon… mon Général… C'est moi qui vous ai marié en 1921… » De Gaulle : « Rassurez-vous, Monsieur le Curé, je ne vous en veux pas ! »

    Lors du même voyage, de Gaulle retrouve Jules Cousin, qui fut son compagnon de chambrée au 33e régiment d'infanterie à Arras, près d'un demi-siècle plus tôt. Jules Cousin, qui l'avait le premier surnommé « la grande asperge », est si impressionné qu'il reste muet. Peu après, de Gaulle glisse à l'oreille de son beau-frère : « Le brave Jules a pu constater que la grande asperge est devenue une grosse légume ! » (Cette rencontre a suscité par ricochet d'innombrables variantes fantaisistes, dont la plus connue fait dire à Jules Cousin : « Ce vieux de Gaulle ! Qu'est-ce que tu deviens depuis 50 ans ? »)

    31 mai 1961, le président Kennedy et son épouse sont reçus à l'Élysée pour un grand banquet. Au cours du repas, Jackie Kennedy demanda son hôte : « Vous, Général, qui avez connu dans votre vie tant de personnages intéressants, quel est celui qui avait le plus grand sens de l'humour ? » De Gaulle : « Staline, Madame ! » (Cela a souvent été pris comme une boutade, voire comme une insulte à l'endroit de Jackie Kennedy. Mais on ignore généralement que Staline avait un très grand sens de l'humour – même s'il s'agissait principalement d'humour noir…)

    Le 9 septembre 1961, au lendemain de l'attentat OAS de Pont-sur-Seine qui a échoué en raison d'une défaillance de détonateur, Jacques Chaban-Delmas félicite le Général d'en être sorti sain et sauf. De Gaulle, d'un air jovial : « Oui, il paraît qu'on n'aurait rien trouvé de moi, même pas le képi. Il est vrai que j'étais en civil ! Et puis, Chaban, réfléchissez. C'était une belle sortie ! […] Ça vaut tout de même mieux que de mourir d'une attaque aux cabinets ! » (Il faut entendre : « au point de vue du prestige de la France »… et du Général – les deux étant naturellement confondus…)

    En conseil des ministres, 13 novembre 1961. On vient d'apprendre que l'ambassade de France à Rabat a été mise à sac. Commentaire du ministre des Affaires étrangères Couve de Murville : « Bien sûr, si nous étions encore en régime de protectorat, cela ne se serait pas produit. » Conclusion du Général : « Et si les Français de Napoléon étaient restés à Moscou, il n'y aurait pas eu Staline. »

    Entre 1958 et 1962, Gaston Palewski a été ambassadeur en Italie. Au printemps de 1962, il est rappelé à Paris et nommé ministre de la Recherche scientifique. Lors d'une réception à l'Élysée, de Gaulle passe devant le nouveau ministre, qui est assis dans un grand et profond canapé, entouré de trois jolies femmes. Le Général : « Alors, Palewski, on se croit toujours en gondole ? »

    10 mai 1962, dans un petit village du Jura. De Gaulle : « Alors, Monsieur le Maire, pour l'eau, ça va ? – Oui, mon Général, ce qu'on aimerait maintenant, c'est avoir le téléphone. – Ah, vous en êtes déjà là !… Je prends bonne note… Je vous téléphonerai ! »

    Grande messe à la cathédrale de Limoges, 20 mai 1962. De Gaulle, de retour à la préfecture : « J'aime bien ces messes. C'est le seul endroit où je n'ai pas à répondre au discours qu'on m'adresse. »

    Henri Tisot, imitateur du général de Gaulle, avait vendu entre 1961 et 1962 plus d'un million d'exemplaires de son disque parodique L'Autocirculation. Il avait récidivé en 1962 avec « La Dépigeonnisation », mais en un an, les ventes n'avaient atteint que 300 000 exemplaires. Réaction du Général : « Tiens, Tisot est en baisse. Je vais encore me retrouver tout seul… » En fait, de Gaulle était sensible à l'humour du personnage. D'où cette réflexion caustique : « Au fond, Tisot fait le même métier que moi : il répète tout le temps la même chose. Mais lui, au moins, ça lui rapporte ! » À une femme de ministre qui s'indignait bruyamment des imitations de Tisot, de Gaulle avait répondu : « Mais, Madame, il fait ça très bien, et d'ailleurs, je l'imite parfois aussi, à mes mauvais moments ! »

    En février 1964, Maurice Dejean, ambassadeur de France à Moscou, est brusquement rappelé à Paris. C'est qu'un agent occasionnel du KGB avait choisi la liberté et révélé que l'ambassadeur Dejean faisait l'objet d'un chantage, après avoir été compromis par le KGB dans une affaire de mœurs. Une fois de retour à Paris, Maurice Dejean est laissé sans affectation, puis, en avril 1964, il est convoqué à l'Élysée. De Gaulle reste silencieux pendant une longue minute, puis, enfin : « Alors, Dejean, on baise ? » (Dans le livre de John Barron, KGB, qui révèle pour la première fois l'affaire, on trouve cette traduction laborieuse et très édulcorée : « So, Dejean, one enjoys the women ? »

    Après l'attentat du Petit-Clamart, de Gaulle était insatisfait de l'attitude des ministres qui ne lui avaient pas écrit, car il considérait avoir été mitraillé en tant que chef de l'État, « dans sa fonction officielle ». En revanche, lorsqu'en avril 1964 il est opéré de la prostate, c'est uniquement l'homme privé qui est concerné, et il s'indigne de recevoir à l'hôpital Cochin des lettres de ses ministres : « Enfin, ce n'est tout de même pas la prostate de l'État ! » (On sait que, pour le Général, la distinction entre les deux personnages est fondamentale.)

    Lors d'une réception à l'Élysée, un ambassadeur s'approche du Général et lui dit : « Savez-vous, Monsieur le Président, que ma femme est très gaulliste ? » Réponse du président : « Eh bien ! La mienne, Monsieur l'Ambassadeur… Ça dépend des jours ! »

    Cérémonie du 14 juillet ; à la hauteur de la tribune présidentielle, un char AMX tombe en panne, le bel ordonnancement de la parade est rompu et un certain désordre s'installe. On entend de Gaulle murmurer en hochant la tête : « Voilà… Et ça fait deux mille ans que ça dure ! »

    De Gaulle visite la Bibliothèque nationale, qui a exposé à cette occasion un brouillon de sa main, très raturé comme à l'ordinaire, à côté d'un manuscrit de Corneille, sans ratures ni surcharges. Réflexion du Général : « Tiens, Corneille ne se relisait pas ! »

    À Colombey, Malraux, qui s'entretient avec le Général, s'interrompt pour lui désigner le chat : « Regardez, mon Général, ses oreilles qui bougent… Le chat nous écoute. » De Gaulle sourit : « Pensez-vous ! Je le connais… Il fait semblant. »
    Une chasse à Rambouillet. Réflexion d'un des invités : « Ah, mon Général, la chasse ! Que d'émotions ! C'est vraiment comme à la guerre ! » De Gaulle : « Oui… À une différence près, cependant : à la guerre, le lapin tire ! »

    Printemps 1968. La Révolution culturelle fait rage en Chine. À Pékin, un cortège de gardes rouges défile avec des banderoles « Non à la tête de chien de De Gaulle ! » Commentaire du Général : « C'est quand même un comble de se faire traiter de chien par des Pékinois ! »
    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 105
    Points : 13000
    Réputation : 882
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    L'humour du Général de Gaulle Empty De Gaulle, mais aussi Churchill

    Message par Hubert DENYS le Ven 8 Mai - 11:47


    Churchill n'avait rien à envier à De Gaulle sur le domaine de l'humour.
    Un jour, quelqu'un de son entourage lui dit :
    "Un dicton anglais dit qu'une pomme mangée chaque soir évite le médecin
    Et Churchill de répondre : Oui, à condition de bien viser

    Il avait l'habitude d'organiser des coktails. Une soirée où il avait un peu trop forcé sur le whisky, il bouscula une femme d'un certain âge qui lui dit :
    "Mais Monsieur vous êtes ivre
    -Et vous Madame vous êtes laide; Mais moi demain cela ne se verra plus
    Alors un amie de la dame qui avait tout entendu dit à Churchill :
    "Monsieur, si j'étais votre épouse, je mettrai du poison dans votre thé
    - Eh bien Madame, si j'étais votre époux, je le boirait;

    Il avait aussi l'habitude de porter des tenues plus ou moins barriolées. Un jour, il se présente dans le bureau à De Gaulle avec une chemise rayée de bleu, un noeud papillon vert et un pantalon rouge. En le voyant, De Gaulle lui dit :
    "Tiens ! je ne savait pas que c'était mardi-gras aujourd'hui en Angleterre
    -Qu'est-ce vous voulez, tout le monde ne peut pas être le soldat inconnu, lui répondit Churchill


    A la fin de la guerre, lors d'une soirée, son gendre, qu'il n'aimait pas, lui posa une question :
    "-De tous les hommes d'état qui ont fait cette guerre, quel est celui que vous avez le plus aimé?
    Sans hésiter, Chuchill lui répondit : "Mussolini"
    Son gendre surpris lui demanda la raison de se choix
    Churchill répondit : Il a fait fusillé son gendre

    Lors d'une interview, il déclara :" Je suis prêt, avec plaisir, à paraître devant Dieu à tout moment. Mais je suis pas sur que ce soit réciproque

    Lors d'une soirée pour fêter l'armistice, il avait organisé un coktail où tout le monde pouvait venir. Tout était pris en charge sur ces propres deniers et rien ne manquait. Il y avait même des boîtes de ces gros cigares qu'il fumait. Dans la soirée, il déambulait parmi les invités et il vit un jeune reporter qui mettait une poignée de ces cigares dans la poche intérieure de sa veste. Sentant une présence derrière lui , il se retourna et vit Churchill qui le regardait. Confus le jeune reporter bredouilla:
    "- C'est pour le voyage"
    Et Churchill de lui répondre :
    "Merci d'être venu d'aussi loin"

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 85
    Points : 7624
    Réputation : 3159
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    L'humour du Général de Gaulle Empty Re: L'humour du Général de Gaulle

    Message par Blu le Ven 8 Mai - 11:55

    De Gaulle avait un sens de l’humour très particulier…
    Et on lui a fait dire beaucoup de choses.


    L'humour du Général de Gaulle Dg10



    (Source photo.geo.fr)
    Anonymous
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum