Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Un petit jeu pour fin limier.
LES BMJA Icon_minitimeAujourd'hui à 10:10 par Invité

» RTS : Reconnaissance de terrain sommaire
LES BMJA Icon_minitimeHier à 21:12 par Blu

» Ce jour-là : 11 septembre 1917 Guynemer
LES BMJA Icon_minitimeHier à 13:02 par CASTOR2

» Base aérienne d’Orléans
LES BMJA Icon_minitimeHier à 10:43 par Invité

» La cité perdue des Français d'Indochine
LES BMJA Icon_minitimeJeu 17 Sep - 23:40 par Invité

» Saut de la Saint Michel 2020
LES BMJA Icon_minitimeJeu 17 Sep - 16:10 par LOUSTIC

» AIRBORNE CENTER
LES BMJA Icon_minitimeJeu 17 Sep - 16:01 par LOUSTIC

» Service historique de la Défense et parrains de promotions
LES BMJA Icon_minitimeJeu 17 Sep - 13:12 par Invité

» Saint Michel 2020 au 1er RCP
LES BMJA Icon_minitimeJeu 17 Sep - 11:37 par Invité

Septembre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 38 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 38 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 405 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est DESVIGNES

    Nos membres ont posté un total de 4846 messages dans 1715 sujets

    LES BMJA

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    LES BMJA Empty LES BMJA

    Message par Hubert DENYS le Lun 20 Avr - 2:33



    L'ORIGINE DES B.M.J.A

    Lorsqu'ils liront ce titre, beaucoup vont se dire " Qu'est-ce que c'est encore que ce truc inconnu ?
    Inconnu ? Pas tant que cela. Tous les hommes qui ont effectué leur service militaire ou servi sous les drapeaux ont connu ce que cache cet acronyme. Celui-ci désigne des "Brodequins de Marche à Jambière Attenante" qui est l'appellation officielle des Ranger's par l'armée française.
    Depuis toujours, les armées se déplacent beaucoup à pied et, avoir de bonnes chaussures, confortables, résistantes, maintenant bien le pied était un atout. Déjà, sous Napoléon, les soldats des armées françaises portaient des bottes à tiges montant très haut sur le mollet ou la cuisse tandis que les armées anglaises avaient des bottines à lacets. Quant aux Américains, au XIXème siècle, ils étaient chaussés de bottes très inconfortables car il n'y avait pas de distinction pied gauche/pied droit et ce n'est qu'à la fin du XIXème siècle qu'une version améliorée est apparue.
    Lors de la 1ère guerre mondiale, on a constaté une évolution très nette dans la chaussure dite de combat :
    Les Français avaient toujours leurs brodequins modèle 1893/12 qui étaient résistants et assez confortables. Ces chaussures à lacets ont une tige qui monte assez haut et tient bien la cheville. La semelle est cousue et est cloutée.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Brodequins français modèle 1893/12 (Archives Nationales)

    Les Allemands quant à eux, ont des brodequins à peu près similaires aux Français sauf qu'ils montent légèrement plus haut sur le mollet, ce qui apporte une meilleure tenue du pied. De plus, la forme de la coque est plus bombée ce qui assure une meilleure résistance à la déformation lorsque le cuir de la chaussure est mouillé. Leurs semelles sont cloutées. Lorsqu'aujourd'hui, on voit une paire de brodequin allemand de l'époque, on ne peut pas s'empêcher de se dire que ces chaussures évoquent la forme actuelle des rangers mais sans les boucles.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Brodequins allemands de la 1ère Guerre mondiale (Bundesarchives)

    Quand ils sont venus en France pour prêter main forte à leurs Alliés durant la 1ère guerre mondiale, les Américains avaient des brodequins intermédiaires entre les Français et les Allemands. Ces brodequins étaient bien étudiés, confortables, relativement étanches et très résistants

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Brodequins américains de la 1ère Guerre mondiale (NA/USA)

    Ces brodequins étaient toujours en service lorsque les Etats-Unis sont entrés en guerre en décembre 1941. Des guêtres ont été ajoutées pour éviter que des corps étrangers tels que du sable, des graviers ne pénètrent à l'intérieur de la chaussure. Ces guêtres avaient un système de laçage assez ingénieux qui permettait de mettre l'accessoire très rapidement. Le lacet était passé entre les œillets sur seulement un côté en faisant une boucle. Lorsqu'on mettait la guêtre, il suffisait de passer l'extrémité de cette boucle dans le crochet d'agrafe fixé sur l'autre côté de la guêtre et ensuite de tirer sur le lacet sur le haut pour le serrer. Pour maintenir le tout en place, il fallait passer le lacet dans un autre œillet placé sur le côté et faire un nœud.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
         
    Brodequins et guêtres des Américains en 1941(NA/USA)
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
       
    Comment lacer les guêtres américaines.  ( NA/USA)

    Après la fin de la première guerre mondiale, es Américains cherchaient à doter leurs troupes d'un modèle de chaussure standard, universel et adaptable à tous les soldats depuis les parachutistes jusqu'à l'aviation en passant par l'infanterie, les Marine's et la Navy. Des essais ont été pratiqués à Fort Brenning par le "Test Platoon Infantry Board". Dans ces essais, deux types de bottes ont été analysés et retenus :
    - Les bottes lacées à semelles en caoutchouc des Fallschirmjäger allemand (Parachutistes)
    - Les bottes de pompiers de l'US Forest Service pourvues de pattes de renfort bouclées sur le coup de pied
    C'est l'idée du mariage de ces deux bottes qui a fait l'unanimité. Plusieurs prototypes de chaussures ont été réalisés et essayés par le 501st Parachute Battalion et le 502nd Parachute Infantry Regiment entre janvier 1941 et juillet 1942. De nombreuses modifications seront apportées avant que le modèle définitif soit adopté le 02 août 1942 sous l'appellation "Boots Para Jumpers" (Bottes de saut para). (Specifiction BQD n° 58D du 03 août 1942).
    Le cahier des charges prévoit :
    - Les bottes devront être à tiges montantes fabriquées dans du cuir brut tanné au chrome (d'où la couleur rougeâtre)
    -Elles devront avoir 12 paires d'œillets.
    -La languette intérieure sera à soufflet, placée sous le laçage et cousue de chaque côté jusqu'en haut de la tige
    -Le bout du pied rapporté sera en cuir très résistant avec un galbe prononcé pour éviter la déformation si la botte est mouillée
    -La cheville sera protégée par une bande de toile forte cousue en biais
    -La semelle de cuir sera protégée par un patin de caoutchouc cousu et orné de quadrillage pour un effet antidérapant
    -Le talon sera en caoutchouc alvéolé pour un effet amortisseur et sera taillé en biais pour éviter l'accrochage avec des obstacles"
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
    [Les "boots para jumpers" américaines (NA/USA)
    Les premières vraies bottes de combat sont apparues dans l'armée américaine en 1943 avec l'uniforme M-43. Elles ont été appelées "Buckles Boots" (Bottes à boucles) par les hommes. Elles permirent à ces hommes de gagner un temps précieux en évitant le laçage des guêtres tout en leur offrant une meilleure protection contre l'intrusion de corps étrangers.

    Le 6 juin 1944, parmi les troupes à être équipées de ces bottes figurent :
    -Les Navals Combat Demolition Unit's
    -Les Special Engineer's Task Force
    -Les Beach Obstacle Demolition Party
    -Les Special Engineer's Brigade
    -Les Naval Beach Battalion
    -La 82e US Airborne
    -La 101e US Airborne
    -Les 2nd et 5th Ranger's
    Ce sont ces dernières unités qui donneront à ces chaussures leur surnom actuel de Ranger's    
    Les premières ébauches ont été faites à partir de brodequins de la WWI sur lesquels on a cousu une jambière en cuir comportant les deux boucles. Par la suite, cette jambière a été directement incluse dans la tige de la botte lors de la fabrication.  
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
     [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
     
       Les premières Ranger's américaines à boucles rapportées. (NA/USA)


    Le personnel féminin de l'US Army ne fut pas oublié. Ces femmes appelées "WAC" (Women Army Corps), qui étaient auparavant les "WAAC" (Women Auxiliary Army Corps) étaient infirmières (nurses), conductrices d'ambulance, radios, estafettes ou cantinières. Elles suivaient les hommes sur le terrain et devaient avoir des chaussures adaptées. Ces chaussures furent fabriquées dans un cuir plus souple et plus confortable, à partir du modèle de brodequins de la première guerre mais avec une semelle en caoutchouc plus épaisse.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Les brodequins des WAC. (NA/USA)

    Comment était déterminée la pointure de chaussure dans l'armée américaine :
    "-Une anecdote à propos de l'attribution des chaussures me fait toujours sourire soixante et un ans plus tard. Nous étions à Fort Dix, dans l'Etat du New Jersey. Nous venions d'être incorporés dans l'armée américaine et je nous revois habillés en civil pour quelques instants encore, en file indienne et en chaussettes, monter chacun notre tour sur un plateau balance posé sur le sol. On nous demandait de soulever deux seaux remplis de sable, un au bout de chaque bras. Sous le poids nos pieds prenaient leur forme maximum en longueur comme en largeur. Le militaire préposé criait alors un chiffre : la longueur et une lettre : la largeur qui pouvait se décliner jusqu'à 4 tailles différentes. Pour moi, ce fut 9,5E. Jamais mes pieds ne s'étaient trouvés aussi à l'aise. (Sources : Un vétéran de la 101e Airborne)
    Les bottes de l'armée Allemande (Heer) durant la WWII :
    Les bottes dans la Wehrmacht :
    Ce sont des bottes à tiges montant haut sur le mollet. Elles sont fabriquées dans un cuir résistant relativement souple. Elles ont l'avantage de tenir fermement le pied lors de chocs éventuels, de bien résister à l'humidité, d'être très confortables et de pouvoir être enfilées rapidement. Cependant, elles nécessitent un soin et un entretien constant par un graissage du cuir sinon celui-ci risque de devenir inconfortable, sec et cassant. Leurs semelles étaient cloutées. Ces clous étaient censés apporter un maximum d'adhérence sur la terre mais ils s'avérèrent inefficaces par temps de pluie sur un sol bétonné, pavé ou carrelé. Ils étaient aussi très bruyants lors de la marche, particulièrement lors des défilés au pas de l'oie. Tous nos anciens ont encore dans leurs oreilles le bruit de ces clous sur la chaussée et c'est la première chose qu'ils mentionnaient lorsqu'ils parlaient des Allemands.

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    Les bottes allemandes de la Wehrmacht (Bundesarchiv)

    Les "Tropenstiefel" de l'Afrika Korps :
    Ces bottes étaient spécifiques à l'Afrika Korps. Leur nom signifie : "Bottes tropicales" mais leur véritable appellation est "Schnurschaftstiefeln" (hautes bottes à lacets) en cuir et toile. Elles avaient l'apparence d'un brodequin en cuir (Schnurschube) surmonté d'une haute tige en toile lacée. La tige en toile comportait six paires d'œillets surmontés par dix paires d'agrafes métalliques eux-mêmes surmonté par une paire d'œillet. Leurs semelles étaient en cuir agrémenté de clous. Ces bottes étaient peu adaptées au climat du désert car le laçage comprimait la jambe qui enflait sous l'effet de la chaleur et elles ne facilitaient pas l'évacuation de la transpiration. Il a même été relevé des cas de phlébites provoqués par ces bottes. De plus elles n'étaient pas pratiques car longues à lacer. De plus, la toile avait tendance à se déchirer au niveau du 3e œillet après le cuir. Elles étaient très peu appréciées par les soldats qui les échangeait avec des brodequins anglais trouvés sur des soldats ennemis tués dans les combats
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
     [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
         
    Les Tropenstiefel de Afrika Korps (Bundesarchiv)

    La Rangers dans l'armée Française :
    Le modèle de chaussures de combat utilisé dans l'armée française à partir des années 50 s'inspire très largement des Buckles Boot de l'uniforme M-43. Après la fin de la seconde guerre mondiale, trois modèles ont été fabriqués :
    -Le modèle 52 en cuir marron qui est un brodequin sur lequel on a cousu une jambière munie de deux boucles. Ce modèle est utilisé par les troupes engagées dans la guerre d'Algérie.
    -Le modèle 61 voit l'ensemble brodequin-jambière fait d'une seule pièce.
    -Le modèle 65 en cuir noir. Au fil des années, le cuir s'est considérablement assoupli évitant ainsi l'apparition d'ampoules et la semelle en caoutchouc s'est épaissie.
    Ce type de bottes de combat offre plusieurs avantages
    -1° Il offre une plus grande étanchéité à l'eau que les brodequins
    -2° Il évite l'emploi de guêtres ou de jambières
    -3° Il renforce la cheville, maintient le pied et limite les traumatismes occasionnés par les sauts en parachute ou les terrains accidentés
    -4°La botte étant plus proche du pied, elle limite les frottements contre la peau et réduit les lésions du type "phlyctènes" (ampoules)
    -5° Il évite l'introduction de graviers ou de sables dans la botte évitant ainsi les blessures au pied.
    -6° L'épaisseur des semelles permet d'amortir les chocs notamment lors de sauts en parachute ou d'obstacle relativement élevés.
    -7° La coupe en biais du talon évite à la botte de s'accrocher à des obstacles tels que des barbelés.
    Elles ont aussi leurs inconvénients
    -1°Elles sont plus lourdes que les brodequins. Une paire de Ranger's française pèse 1,900kg-
    -2° Elles sont plus longues à lacer ce qui explique que, pour gagner du temps, les troupes d'élites ont mis au point un laçage dit "commando" qui n'utilise qu'un œillet sur deux.
    -3° Elles sont relativement longues à se former au pied, le cuir naturel demandant à être graissé pour s'assouplir
    -4° Les picots des ardillons des boucles présentent un risque d'accrochage, de déchirure du pantalon ou de crever les canots pneumatiques. Les paras français ont limité le problème en mettant le bas du pantalon de treillis, fixé par un élastique, entre les deux boucles de la botte, renforçant ainsi l'étanchéité aux corps étrangers.
    -5° Lors de port prolongé, sans possibilité de se déchausser, l'étanchéité devient un inconvénient. En effet, si l'eau ou l'humidité ne peut pas pénétrer dans la botte, elle ne peut pas non plus en ressortir pouvant provoquer de graves lésions appelées "Pied de tranchées"
    Le pied des tranchées :
    Comme son nom l'indique, c'est une maladie qui atteint les pieds et dont on a le plus constaté les effets durant la 1ere guerre mondiale dans les tranchées. Elle atteint les pieds des hommes qui portent des chaussures relativement étanches, qui sont debout la plupart du temps et qui ne peuvent pas changer de chaussettes souvent. Les symptômes sont les mêmes que ceux d'une gerçure sauf qu'il n'y a pas besoin de froid pour qu'ils apparaissent. Le pied transpire beaucoup et cette transpiration ne pouvant pas s'évacuer à l'extérieur à cause de l'étanchéité des chaussures, maintient la peau dans une constante humidité. Celle-ci va peu à peu détruire les tissus et les nécroser. L'insidiosité de cette maladie est qu'elle a un effet anesthésiant : la victime ne souffrant pas n'est pas alarmé. Dans certains cas, il a été constaté que les chairs s'enlevaient en même temps que la chaussette. Si les lésions ne sont pas soignées rapidement, il y a risque de gangrène et d'amputation. La meilleure parade contre cette affection est le changement fréquent de chaussettes et le maintien des pieds au sec. Pour cela, les soldats percevaient de la poudre pour les pieds à base de sels d'alumine et d'alun ainsi que du talc.
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
     [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
         
    Pieds de tranchées. (NA/USA)

    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


    Rangers de l'armée française

    L'abandon des Ranger's par l'armée française :
    En août 2014, la France a fait appel à la filiale de la société allemande Haix, basée en Alsace pour lui fournir des chaussures de combat Centre Europe pour remplacer la Ranger's, alors jugée trop lourde, inconfortable malgré les années d'utilisation.
    La société Haix s'est engagée à fournir 185 000 paires pour une valeur maximale de 35,5 millions d'euros et ce, d'ici juin 2015.
    Le modèle retenu par le CESCOF (Centre d'expertise et de soutien du combattant et des forces) a été testé par plusieurs unités dont le 2e REP. La chaussure, en partie en tissu et en cuir, se veut légère, robuste, fonctionnelle et confortable. Elle ne sera plus noire mais "chocolat'
    Il a été décidé que la Ranger's traditionnelle sera quand même conservée par les unités pour son aspect et son côté traditionnel pour les cérémonies officielles, les défilés ou les parades.
    FICHE TECHNIQUE de la chaussure Centre Europe :
    Construction : soudé
    Mélange textile/cuir nubuck brun 2.2-2.4 mm/cordura© HT
    Système de laçage bizone : crochets fermés, dont une paire d’autobloquants sur le cou-de-pied
    Doublure intérieure Gore –Tex© Pearl (laminé très respirant)
    Mousse à micropores pour une bonne circulation de l’air et de l’humidité.
    Poids : 1,650 Kg en pointure 42
    Semelle Vibram© (PU/caoutchouc) résistante à l’huile et à l’essence, résistante et antidérapante et étanche. Supporte les intempéries hivernales.
    Plage thermique d’utilisation : -5°/+30°C
    [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

    La nouvelle chaussure Centre Europe (ADC Drahi, Armée de terre)

    Hubert DENYS©


    Avertissements concernant les droits d'auteurs :
    Art.L.122-4 : Toute reproduction, même partielle, par quelque moyen que ce soit, sans l'autorisation écrite de l'auteur est interdite et illégale.
    Art. L.716-9.  Le fait de mettre une œuvre à la disposition du public sur Internet nécessite impérativement l'autorisation écrite de son auteur ou de ses ayants droits

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 85
    Points : 8304
    Réputation : 3159
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    LES BMJA Empty Re: LES BMJA

    Message par junker le Lun 20 Avr - 7:35

    Que j'ai pu souffrir en Algérie à marcher dans des bottes de saut non adaptés à mes pieds, petits mais larges !! je n'ai eu que du bonheur qu'avec mes "pataugas" avec lesquelles je galopais comme un lapin avec mon FM sur l'épaule !!
    junker
    junker

    Messages : 387
    Points : 13690
    Réputation : 4502
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 84
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    LES BMJA Empty Re: LES BMJA

    Message par DITLECADET Eric le Lun 20 Avr - 10:17


    Un sujet interagissant, c'est le moins que l'on puisse dire.

    Lorsqu'ils liront ce titre, beaucoup vont se dire " Qu'est-ce que c'est encore que ce truc inconnu ?

    Et bien ce fut mon cas, et maintenant je sais ! Merci à vous.
    Anonymous
    DITLECADET Eric
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum