Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 19 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 19 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 420 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est DOMINIQUE LE COMTE

    Nos membres ont posté un total de 5021 messages dans 1789 sujets

    18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT

    Aller en bas

    18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT  Empty 18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT

    Message par LOUSTIC le Mar 14 Avr - 0:01



    18° régiment de Chasseurs Parachutistes

    18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT  Le_1810

     Ce magnifique régiment, dissous après les événements d'Algérie, aura tout perdu après le putsh d'Alger. Tout sauf l' Honneur.  comment ne pas penser au Colonel Masselot dernier chef de corps du 18° R.C.P.

    HISTORIQUE :
    1944 = 18° R.I   18° Régiment d'Infanterie
    1946 = 18° B.I    18° Bataillon d'Infanterie
    1947 = 18° B.I.P.C  18° Bataillon d'Infanterie Parachutiste de Choc
    1951 = 18° R.I.P.C  18° Régiment d'Infanterie Parachutiste de Choc
    en juin 1956 il devient le 18° R.C.P  18° Régiment de Chasseurs Parachutistes

    il sera dissous le 30 avril 1961, mais le centre d'instruction du camp d'Idron restera ouvert jusqu'à l'arrivée du 1° RCP en 1962 .

    Les 18° régiment de Chasseurs  Parachutistes  et 1° régiment de Chasseurs Parachutistes se croiseront à la fin des années 50 dans un lieu  devenu mythique,........... LE CAMP D'IDRON.
    Dans ce camp, les compagnies étaient instruites avant le départ pour l'Algérie.

    LE COLONEL GEORGES MASSELOT

    A la tête de son unité, le 18 ème régiment de chasseurs parachutistes, le Colonel MASSELOT prit une part active au putsch déclenché le 22 avril 1961 en Algérie.
    Pour ce soldat d’élite, rallier l’insurrection n’était qu’un des épisodes de ce qu’il considérait comme son devoir.

    Comparaissant le 28 juin suivant, devant le tribunal militaire, sa déclaration liminaire : « Je suis né en Afrique du Nord où tous les miens vivent depuis 110 ans.
    Officiers, fonctionnaires, médecins, les MASSELOT de 5 générations ont en Algérie un seul bien à défendre : un caveau de famille dans le cimetière de BOUGIE. » exprimait éloquemment les raisons désintéressées et respectables de cet engagement.

    Georges était né le jour de sa fête, le 23 avril 1911 à MAKTAR en TUNISIE. Son père, Ferdinand, né à BOUGIE en 1867 fut le contrôleur civil de cette région. Sa mère, née Jeanne Choisnet avait vu le jour à DELLYS en 1875. Son grand-père MASSELOT, officier de marine avait été le créateur du port de BONE.
    Georges fit ses études à TUNIS, à BIZERTE puis après 4 années d’internat, il opta pour le prytanée militaire de LA FLECHE. Trois ans plus tard, il entrait à l’Ecole militaire de St CYR.

    Début 1961, contacté par le général JOUHAUD, le colonel engagera son régiment dans le sursaut tardif du putsch.
    Devant l’échec, il assumera toutes ses responsabilités en faisant en sorte que son unité ne soit pas dissoute. Mais rien n’y fera.
    Condamné à 8 ans de détention criminelle, MASSELOT passera 51 mois en prison avant de bénéficier de l’amnistie.

    Toujours apprécié de ses hommes, il sera fêté à PAU pour son 90ème anniversaire par une centaine d’entre eux. Il s’est éteint le 1er juin 2002.


    John Franklin

    ------------------------------------------------------------------------------------



    Un  peu d' Histoire.


    Le 23 avril 1961, de Gaulle, en uniforme de général, dénonce « un pouvoir insurrectionnel, un pronunciamiento militaire, une conjuration ».
    C'est-à-dire le putsch à Alger des généraux Challe, Salan, Jouhaud et Zeller. il est revenu aux affaires après les événements du 13 mai 1958 à Alger.

    Salan, du haut d'un balcon ayant lancé in extremis un appel au Général de Gaulle afin que celui-ci restaure l'autorité de l'État et maintienne l'Algérie française. En fait, c'était moins clair que cela mais tout s'était in fine terminé comme cela. L'ultime président du Conseil de la IVe République avait fondé la Ve République et en était devenu le président. Mais l'Algérie continuait à poser problème. Depuis le début de l'insurrection, le 1er novembre 1954, tous les efforts pour ramener la paix avaient échoué.

    Il y avait d'un côté un million d'Européens, nés sur place, enracinés dans leur arrachement à l'Algérie française, ces « Pieds-Noirs » qui étaient loin d'être de riches colons. Lorsque Guy Mollet qui avait dirigé le gouvernement le plus stable de la IVe République était venu à Alger en 1956, c'est eux qui avaient manifesté leur colère, pendant qu'il penchait pour un abandon de l'Algérie. Et, le président du Conseil était reparti, ébranlé.

    C'est mieux ainsi puisque cela finira ainsi
    De l'autre côté, il y avait huit millions d'Algériens musulmans, vivant à la campagne pour l'essentiel, vivant à la lisière de la pauvreté, peu scolarisés, forcément sensibles à la propagande indépendantiste des nationalistes du FLN. Porté au pouvoir par un putsch visant à maintenir l'Algérie française, de Gaulle lorsqu'il avait envoyé Paul Delouvrier, délégué général du gouvernement, en Algérie, avait répondu à la question « Mais enfin, l'Algérie sera-t-elle indépendante ? » par un laconique « Oui.

    Peut-être dans vingt-cinq ans ». Mais le général avait d'autres grands desseins : créer une force de dissuasion nucléaire, faire entrer la France dans la modernité bref en refaire une grande puissance économique et militaire. Dans cet ordre d'idées, l'Algérie « française » devenait un boulet même si sur le terrain, l'armée était en train de remporter une incontestable victoire militaire sur le FLN.

    En septembre 1959, de Gaulle lança l'idée de l'autodétermination. La réaction des Pieds-Noirs ne se fit pas attendre. Ce fut en janvier 1960, la semaine des Barricades érigées par des militants de l'Algérie française. Le 4 novembre de la même année, lors d'une allocution radiotélévisée, le chef de l'État glisse une phrase qui ne figurait pas initialement dans son texte : « Ces dirigeants rebelles, installés depuis six ans en dehors de l'Algérie et qui, à les entendre le seront encore pour longtemps, se disent être le gouvernement de la République algérienne, laquelle existera un jour, mais n'a encore jamais existé ».

    Michel Debré, Premier Ministre, partisan de l'Algérie française, proteste : « Mais enfin, le texte n'est absolument pas conforme à la version que j'ai lue ». De Gaulle, sans ménagement, rétorque : « C'est vrai. Je n'avais pas l'intention de parler de la République algérienne. Eh bien, je l'ai dit. Tout compte fait, c'est mieux ainsi puisque cela finira ainsi ». Né en Algérie, le plus illustre des Pieds-Noirs, Alphonse Juin, le seul maréchal de France encore en vie, réagit avec vivacité. Il s'abstient de paraître aux cérémonies du 11 Novembre et fait publier une déclaration dans laquelle le maréchal « malgré l'amitié cinquantenaire qui l'a lié au général de Gaulle » proteste « en sa qualité de plus haut dignitaire de l'Armée et en tant qu'algérien, contre l'idée d'abandonner nos frères algériens (...) Concevoir que l'Algérie puisse sortir du cadre de la République, c'est mettre en péril la France, l'Europe et le monde libre ». De Gaulle s'obstine : « Je peux faire ce que je veux. Je suis seul capable de tout faire accepter par l'Armée et par le pays, soit l'Algérie française, soit l'Algérie algérienne. Je choisis l'Algérie algérienne, parce que, si je choisissais l'Algérie française, cela recommencerait après ma mort ».

    Tout faire accepter par le pays, certainement, par l'armée, c'est une autre affaire... Le 21 avril au soir, de Gaulle est assis dans la loge présidentielle de la Comédie française aux côtés de Léopold Ségar Senghor, président du Sénégal. On joue Britannicus de Racine. A un certain moment, Agrippine dit à Albine : « De quel nom cependant pouvons-nous appeler l'attentat que le jour vient de nous révéler ».

    L'attentat que le jour vient de nous révéler
    Le journaliste Bernard Lefort est lui-aussi à la Comédie française. Il raconte : « Très vite je m'aperçois que les membres du cabinet du Général et Michel Debré prennent à part le chef de l'Etat. En quelques minutes l'information circule : révolte militaire en Algérie, état d'urgence en métropole.

    Challe, après avoir hésité, a cédé aux colonels les plus enragés. Son erreur majeure, c'est de croire que 80 % des Français de la métropole sont contre de Gaulle ». Sur ce point, c'est Lefort qui se trompe : Challes sait pertinemment que lors du référendum du 8 janvier 1961, les électeurs ont approuvé à plus de 75 % le principe de l'autodétermination de l'Algérie et l'ouverture de négociations avec les nationalistes algériens. Il sait aussi qu'en Algérie, le « non » l'a emporté dans toutes les grandes villes, que seize généraux ainsi que le maréchal Juin ont appelé à voter « non »... Et puis, il a la conviction qu'on lui a volé sa victoire sur le FLN, que sa nomination comme commandant en chef du secteur Centre-Europe de l'OTAN à Fontainebleau est une promotion-placard ; qu'on lui rappellera toujours son engagement moral : « J'ai promis à mes officiers que jamais je ne lâcherais l'Algérie ».

    La conjuration, en fait, s'est montée sans lui. L'historien Maurice Vaïsse écrit « Plusieurs équipes d'officiers, parfois sans liaison entre elles, travaillent à la préparation d'un nouveau 13 mai. Ceux qui sont prêts à s'engager attendent de le faire sous l'autorité d'un chef qui leur donnerait confiance. Les généraux Juin, Salan, Faure, Jouhaud, Massu sont sollicités ou prêts à se mettre en avant. Mais seul Challe réunit tous les suffrages ». Max Gallo : « Il y a les généraux (qui prêtent leurs noms) et derrière eux, ces colonels Argoud, Gardes, Lacheroy, Broizat, Godard, qui depuis des mois complotent, bénéficient de la bienveillance complice de leurs camarades, et qui sont le véritable ressort de ce putsch ; avec à leurs côtés ce grouillement des extrémistes d'Alger appuyé sur les angoisses de la population pied-noir ».

    Les insurgés peuvent compter au moins sur le papier, sur de nombreuses unités parachutistes et légionnaires. De fait, dans la nuit du 21 au 22 avril, le 1er Régiment étranger des parachutistes et ses 1300 bérets verts prennent le contrôle d'Alger, arrêtent le délégué général Jean Morin, le commandant en chef en Algérie, le général Gambiez et... le ministre des Transports Robert Buron de passage en Algérie. Le commandant par intérim du 1er REP, Hélie Denoix de Saint-Marc racontera plus tard pourquoi il avait accepté de mener cette première action déterminante au départ-du putsch : « J'étais un officier classique (...) Je n'étais pas un homme de pronunciamiento... En fait ce qui a emporté mon adhésion reste la personnalité de Challe... Et puis, il y avait tout le reste, le souvenir de l'Indochine, le 13 mai, et la certitude prémonitoire des horreurs qui seraient commises si l'armée partait, à l'égard de ceux qu'elle avait engagés auprès de la France ».

    Le 22 avril, l'avantage est aux insurgés même si à Paris, Roger Frey qui assume l'intérim au ministère de l'Intérieur, fait arrêter, tous les activistes suspectés de tremper dans le complot et d'étendre à la métropole la sédition. Challe est arrivé à Alger. Il parle à la radio : « Je suis ici pour tenir le serment de l'armée de garder l'Algérie pour que nos morts ne soient pas morts pour rien. Un gouvernement d'abandon... Le commandement réserve ses droits pour étendre son action à la métropole et reconstituer un ordre constitutionnel et républicain gravement compromis par un gouvernement dont l'illégalité éclate aux yeux de la nation ».

    A 17 h, à Paris où l'attentisme le dispute à l'affolement - on craint l'arrivé des parachutistes - réunion du Conseil des ministres. De Gaulle, seul, apparaît serein. Il déclare : « Ce qui est grave en cette affaire, messieurs, c'est qu'elle n'est pas sérieuse ». Pour le reste, il donne ses ordre : application de l'article 16 de la Constitution à partir du 23 avril à 0 h autrement dit les pleins pouvoirs. Va-t-il s'adresser à la nation ? Pas encore, il faut attendre. N'est-il en rien inquiet ? Lui, imperturbable : « Ce sont des militaires. Ils vont s'empêtrer (...) Fidel Castro serait déjà là. Mais ce pauvre Challe n'est pas Fidel Castro. »

    Le dimanche 23, l'inquiétude grandit à Paris. Bernard Tricot, conseiller pour les affaires algériennes à l'Elysée, témoigne : « Autour de nous, que l'État se rétrécit ! Les visites se font plus rares (...) Certains militaires estiment que le gouvernement doit éviter de rompre avec les unités insurgées ». Haut fonctionnaire aux Finances, André de Lattre note : « C'est une atmosphère de fin de règne ». Michel Debré lance des appels pathétiques. André Malraux tient des discours enflammés et lyriques. Chaban-Delmas, président de l'Assemblée nationale, se prépare à la résistance. Et de Gaulle prépare son discours radiotélévisé à l'Elysée.

    Ce pauvre Challe n'est pas Fidel Castro
    A Alger, Challe qui veut simplement au terme de trois mois d'offensive généralisée contre le FLN, rendre une Algérie pacifiée à la France, s'entend mal avec Salan, aux ambitions personnelles démesurées : peut-être mieux avec Jouhaud, le pied-noir, aviateur, comme lui : pas forcément avec Zeller, l'Alsacien qui fut engagé volontaire pendant la Première Guerre mondiale et le second de Juin pendant la Seconde.

    En fait, le quatuor et non le « quarteron » dénoncé par de Gaulle, n'est d'accord sur rien sauf sur la nécessité de garder l'Algérie à la France. Et la conjuration s'effrite, les défections se multiplient... Le 23 avril à 20 h, en uniforme, de Gaulle parle : « un pouvoir insurrectionnel s'est établi en Algérie par un pronunciamiento militaire (...) Ces coupables de l'usurpation ont exploité la passion des cadres de certaines unités spécialisées, l'adhésion enflammée d'une partie de la population européenne qu'égarent les craintes et les mythes, l'impuissance des responsables submergées par la conjuration militaire ». Il stigmatise ce « quarteron de généraux en retraite » dont l'entreprise « conduit tout droit à un désastre national », et « ordonne que tous les moyens soient employés pour barrer la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire ». Interdiction est faite « à tout Français, et d'abord à tout soldat d'exécuter aucun de leurs ordres (... )». Au final, un appel grave, solennel : « Françaises, Français, aidez-moi ! ».

    La partie est jouée. En Algérie, les soldats du contingent qui ont entendu le discours du Général, grâce à leurs transistors, sur Radio Monte-Carlo, affirment massivement leur opposition au putsch dès le lendemain. Dans la nuit du 24, Radio Alger lance un ultime appel à la population algéroise : « Population, rendez-vous au Forum pour empêcher la trahison ». Des milliers d'Algérois arrivent aux cris d'Algérie française.

    A minuit et demi, Challe apparaît une dernière fois au balcon du Quartier général. Il veut parler mais le micro ne fonctionne pas. Le 26, il dort à Fresnes dans la cellule occupée jadis par... Ben Bella, futur président de la République algérienne. L'insurrection est terminée. L'une des rarissimes interventions de l'armée dans la vie politique française s'achève. Le 21 novembre à Strasbourg, de Gaulle expliquera à 2000 officiers de métropole et d'Algérie quelles seront leurs tâches futures. Et l'Algérie sera algérienne le 3 juillet 1962.

    _________________
    « La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
    LOUSTIC
    LOUSTIC

    Messages : 78
    Points : 8080
    Réputation : 1894
    Date d'inscription : 30/04/2019
    Age : 60
    Localisation : Vimines

    Revenir en haut Aller en bas

    18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT  Empty Re: 18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT

    Message par Blu le Mar 14 Avr - 9:27

    "C'est mieux ainsi puisque cela finira ainsi"
    Il n'y a pas que le 18ème RCP qui aura tout perdu...
    L'Histoire a retenu que ce fut l'étincelle qui aura fait exploser l'Armée d'Indochine et d'Algérie...
    Anonymous
    Blu
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT  Empty Re: 18eme RCP , et histoire succincte du putsch, Georges MASSELOT

    Message par junker le Mar 14 Avr - 20:15

    J'ai senti ce vent de folie qui passait au dessus de ma tête ce 13 mai 1958, dans une Alger complètement hors des rails, Cette impressionnante marée humaine, d'arabes de PN et de soldats , mélangées !!
    junker
    junker

    Messages : 400
    Points : 14760
    Réputation : 4852
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 84
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum