Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» ALBERT DOVECAR et CLAUDE PIEGTS
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeAujourd'hui à 19:56 par saut ops

» BARKHANE : Opération aéroportée dans le Gourma
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeAujourd'hui à 18:23 par Kuiper

» Il y a 80 ans. La Bataille d’Angleterre.
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeAujourd'hui à 18:09 par junker

» Là-bas c’était comme ça…
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeAujourd'hui à 17:18 par junker

» 25 septembre : hommage national aux Harkis
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeHier à 21:07 par Kuiper

»  Bientôt , mon livre !!!
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeHier à 13:38 par junker

» Fernand de Langle de Cary
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeHier à 9:42 par bretivert

» 25 septembre 1915
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeHier à 9:35 par bretivert

» Livre : Les Forces spéciales
Pierre Marie MARCHAND  Icon_minitimeJeu 24 Sep - 19:09 par Blu

Septembre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930    

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 55 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 1 Invisible et 51 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    amarante, junker, saut ops

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 407 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est HOCEVAR

    Nos membres ont posté un total de 4884 messages dans 1733 sujets

    Pierre Marie MARCHAND

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Pierre Marie MARCHAND  Empty Pierre Marie MARCHAND

    Message par Pericaud - ONAC - le Sam 4 Avr - 17:34



    Chevalier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre 39 45, Croix de Guerre T.O.E.

    Il entre dans la résistance dans la région de Bressuire (79) le 6 juin 1944 et sert dans les Forces Françaises Libres jusqu'à la libération.
    Il se distingue avec ses camarades lors de l'embuscade du 26 août 1944 sur la route de Parthenay (79) où, grâce à son initiative, neufs soldats allemands sont tués et un camion ennemi est détruit.
    Cette action lui vaudra d'être cité un an plus tard et décoré de la Croix de Guerre 1939-1945 avec une étoile de bronze.

    Attiré par le métier des armes, il s'engage au 114ème RI de Saint-Maixent l'École le 04 octobre 1944. Fait prisonnier par les allemands le 01 mars 1945 à Courçon d'Aunis (17), il parvient à s'évader le 28 avril grâce à un compagnon d'arme.

    Nommé caporal le 14 mai 1945, il est muté en Allemagne dans les unités de soutien de la 9è DIC puis nommé caporal-chef le 01 janvier 1946.

    Le 28 novembre 1946 il débarque à Haiphong en Indochine et rejoint la 13è Compagnie d'ouvriers du matériel. Exemplaire, il accomplira sa mission avec dévouement jusqu'au 23 janvier 1948, date de son retour en France.

    Il quitte le service actif le 17 juin 1948 et se retire à Bressuire.

    Le 18 janvier 1949, il se rengage au titre du 1er Bataillon Colonial de Commandos Parachutistes (BCCP) et obtient son brevet militaire de parachutiste le 27 mai.

    Il est nommé sergent le 16 octobre et part de nouveau en Indochine le 8 décembre. Il se distingue en particulier le 26 juillet 1950, à Hung Loi au Sud Annam, puis le 08 mars 1951 à Hatien où il est parachuté avec son groupe afin de sécuriser une zone de saut.
    Sous-officier d'élite, chef de groupe énergique et dynamique, il continue le combat à Hong Chong, où, en tête de la compagnie, il bouscule les éléments retardateurs ennemis en leur infligeant des pertes permettant d'atteindre les objectifs dans les meilleurs délais. Il est, une deuxième fois, cité et décoré de la Croix de Guerre des Théâtres des Opérations Extérieurs avec une étoile de bronze.

    Le 11 octobre 1951, lors de l'attaque du village de An Ky, son groupe se retrouve isolé du reste de la section. Alors qu'une arme automatique empêche une section voisine de progresser, il se lance sans hésiter à l'assaut avec son groupe. Mais la puissance de feu est trop importante et , arrivé à quelques mètres seulement de la position ennemie, il doit organiser le repli de ses hommes. N'oubliant aucun blessé, il transporte lui même son tireur FM.

    A nouveau cité, il obtient un troisième étoile de bronze. - Sa valeur n'ayant d'égal que son courage, il se distingue le 10 décembre 1951 au Bavi. Son groupe se trouvant en tête de la section, assailli par un adversaire déterminé, il est pris sous le tir de l' ennemi. Malgré le feu nourri, il reste accroché au terrain. Ne subissant pas l'effort de l'adversaire, il réussit à dégager son groupe encerclé. Profitant de la situation, il barre ensuite la route aux éléments rebelles qui tentaient de prendre sa section par le flanc.

    Par sa manœuvre audacieuse, il contribue au succès de la mission de sa section. Pour ce fait de guerre remarquable, il est cité à l'ordre de l'armée et se voit conférer la Médaille Militaire. - De retour en France en mars 1952 au BCCP, il est nommé sergent-chef le 1 octobre 1953 et obtient le brevet militaire de moniteur parachutiste le 30 novembre. Il se porte volontaire pour servir en Outre-Mer et est affecté au Groupement Colonial de Commandos Parachutistes à Madagascar le 28 mai 1954.

    Le 26 janvier 1957, il rejoint le Détachement d'Instruction des Troupes Coloniales de Marseille (13) puis le 26 mai de la même année , comme adjudant, le Bataillon de Parachutistes Coloniaux de Bayonne (64).

    Le 1er juin 1958, il est muté au 8è Régiment de Parachutistes Coloniaux pour être immédiatement engagé en Algérie. Participant à toutes les actions de la 4è Compagnie à la tête de la section de commandement, il fait une fois de plus preuve des plus belles qualités militaires au djebel Kalaat El Hafsi le 9 janvier 1959.

    Entrant le premier au contact des rebelles fortement armés et solidement retranchés, il entraîne ses hommes dans un furieux combat. Gardant son sang froid dans une situation délicate, il permet la mise en place des renforts et la riposte, mais s'écroule soudain, grièvement blessé à la tête.
    Evacué par ses hommes, l'adjudant Marchand décède des suites de ses blessures à l'issue des combats. Il est cité à l'ordre de l'armée et est nommé chevalier de la Légion d'Honneur à titre posthume.

    Toujours volontaire et audacieux, l'adjudant Marchand a démontré des qualités de chef et de combattant hors du commun en toutes circonstances. Sa détermination, son engagement au combat et sa bravoure sont dignes d'éloges. L'action de ce Sous-officier, mort pour la France, est un exemple pour les jeunes Sous-officiers.

    Il est le parrain de la 257è promotion de l' École Nationale des Sous-officiers d'Active (ENSOA) de Saint-Maixent l'École (79)
    Anonymous
    Pericaud - ONAC -
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum