Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
Octobre 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031 

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 60 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 1 Invisible et 58 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Estrope

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 423 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Asterix11

    Nos membres ont posté un total de 5044 messages dans 1798 sujets

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par LANG le Sam 14 Mar - 14:27



    C'est un beau roman
    C'est une belle histoire…
    (Michel Fugain)



    C’est en recherchant une photo pour notre rubrique « vieux limiers (*)» que j’ai fait une découverte.
    Dans une vieille malle, au milieu des papiers, j’ai trouvé un texte « ancien ».
    Un témoignage écrit à la main.
    Une sorte de compte rendu nostalgique adressé à je ne sais pas qui…
    Quelqu’un racontait une histoire qui remonte à 1963 ou dans ces années-là.
    Une partie du document était illisible. J’ai mis en page les quelques lignes que je suis arrivé à déchiffrer et j’ai rajouté les photos qui semblaient en faire partie…



    ****************

    1963 : La nouvelle Armée…

    Nous avions droit à la présentation de la nouvelle Armée. La division 59 !
    Cela se passait au camp du Valdahon.
    1961 était derrière nous, pas très loin, mais si loin…
    Pour « oublier » le sable chaud, il était impératif de faire une belle démonstration de cette force nouvelle qui allait scruter l’arrivée des Tartares…
    Les différentes unités ont défilé devant nous et beaucoup de généraux sont venus assister au spectacle.
    Beaucoup de blindés, de camions et des avions qui ne ressemblaient pas aux Noratlas.
    Assis au sommet d’une colline, nous regardions cette présentation de notre nouvelle armée.

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Coet1910


    Régiments divers se sont succédé.
    Tous en véhicules. L’armée française ne marchait plus à pieds.
    Les paras étaient loin, très loin…
    Les bérets  n’avaient pas de couleurs. Sauf les nôtres curieusement… Ils étaient noirs.
    De loin ou de près, ils étaient couleur crème, genre Paris Brest…
    Les artilleurs étaient passés et, magnifique, dressée comme pour un départ imminent pour Moscou, elle, la fusée chargée de brandir le feu nucléaire était là devant nous. Symbole de cette nouvelle armée qui cherchait à se débarrasser du sable qui habitait encore le fond des rangers. Tout le monde s’est précipité pour admirer notre fleuron de la force de frappe…

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Bombe10



    Et puis, arrivèrent des chars qui devaient bousculer l’ennemi rouge en exploitant le « feu nucléaire »…

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Vamdah10


    Nous n’étions pas endormis mais… presque…
    Malgré toutes ces émanations de moteurs, nous pensions à nos pieds habitués aux « plaisirs » de la campagne bretonne. Aux exercices où la section isolée se « débrouillait » toute seule comme si elle devait embarquer sous peu pour débarquer à Alger la blanche…
    Une image d’ajoncs, une odeur de pomme pourrie…
    Pour s’occuper, nos cerveaux  rêvaient de la blanche hermine…

    Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
    Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée
    Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux Francs
    Mais je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps
    La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
    La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson!

    C’est alors, oui c’est alors, que les nuages refusèrent de couvrir tout ces monstres d’acier pour laisser passer quelques rayons de soleil.
    Et soudain, quelqu’un qui avait l’oreille fine se dressa coupant la vue d’un général…
    Au loin, un bruit…
    Au loin, et se rapprochant, des silhouettes, de grands oiseaux…
    Ils avaient des hélices…
    Une gueule de dauphins bien nourris…
    Quelqu’un fit remarquer qu’ils étaient plusieurs…
    Ils étaient au moins deux…
    Nous nous sommes levés. Les généraux ne voyaient plus leurs blindés. Cela n’avait aucune importance, nous regardions en l’air…
    Et là, on s’est réveillé… Car les portes étaient ouvertes !
    Un cri silencieux a accompagné notre imagination : la lumière verte, le klaxon…
    Et, ils ont sauté…

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Valdah10


    Nous avons regardé…

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Valdah11


    Soudain, on a cru entendre une chanson…

    Parachutiste, vois le ciel est clair
    Serre les dents, il est temps de sauter.
    Le stick est prêt, le stick est prêt,
    Tout le monde ira, tout le monde ira.
    Pas un ne se, pas un ne se, dégonflera.
    Parachutiste, vois le ciel est clair,
    Serre les dents, il est temps de sauter…


    Voilà, c’est la fin de l’histoire car la suite était illisible…

    (Nota : photos personnelles et clichés d'époque )

    (*) ces "vieux limiers" sont également et bien entendu de "fins limiers" !


    Dernière édition par WILLIS le Lun 4 Mai - 20:19, édité 2 fois (Raison : Correction d'un)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 859
    Points : 25480
    Réputation : 11458
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Re: Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par ciel de pau le Sam 14 Mar - 15:49


    bonjour et merci pour le sujet.

    Voyez-vous, sur le cliché ou apparaît la cavalerie, tout en bas de l'image, dans le sens de la marche des chars, en prolongement il y a la lisière d'un bois, c'est à cet endroit que j'avais creusé mon trou individuel, j'y ai passé la nuit, et c'est les moteurs des chars qui au petit matin m'ont réveillé.
    J'ai vite vu que l'un deux fonçait dans ma direction, je me suis blotti autant que possible au fond de mon trou, et arrivé à ma hauteur le mastodonte à brusquement changé de direction.


    et puis LANG, la rubrique que vous évoquez en préambule ne s’appelle pas " les vieux limiers " mais les fins limiers.
    QUAND MËME .........
    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 110
    Points : 14500
    Réputation : 1182
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Re: Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par LANG le Sam 14 Mar - 16:34

    Vous avez raison ciel de pau, c'est inadmissible. D'ailleurs Hector m'a fait la même remarque.
    Il est vrai que ces limiers ont quelques cheveux blancs mais une telle "maitrise" de la recherche que j'ai été obligé de faire une correction…
    Quant à votre rencontre avec ce char, je crois que vous avez eu beaucoup de chance. Le cavalier devait maitriser sa "bête", ce qui n'est pas toujours le cas…
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 859
    Points : 25480
    Réputation : 11458
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty re: debout les pars , il est temps d's'en aller

    Message par salliere herve le Sam 14 Mar - 17:01

    Merci Lang pour ce beau sujet .
    Merci Ciel de Pau pour les fins limiers , de plus , vous deviez avoir une bonne Mine dans votre trou individuel , le char a été chanceux cherry
    salliere herve
    salliere herve

    Messages : 114
    Points : 9389
    Réputation : 1247
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 69
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Re: Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par ciel de pau le Sam 14 Mar - 17:05

    Je pense simplement qu'il m'avait vu depuis un moment et qu'il a voulu s'amuser un peu ........
    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 110
    Points : 14500
    Réputation : 1182
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty re: debout les paras , ilest temps d's'en aller

    Message par salliere herve le Sam 14 Mar - 17:22

    à Mont Louis on leurs jetais des coktails russe ( molotof ) pour les aveugler , mais aucun ne c'est cabrer . Ils sont bons ces cavaliers !!!!
    impressionnant quant la bête vous vient dessus pour la première fois , ensuite ont laisse passer et ont lui saute dessus ou l'ont passe dessous
    que ne ferais t'on pas à vingt ans ???
    salliere herve
    salliere herve

    Messages : 114
    Points : 9389
    Réputation : 1247
    Date d'inscription : 07/10/2018
    Age : 69
    Localisation : mont de marsan

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Re: Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par LANG le Sam 14 Mar - 18:52

    J'ai toujours été frappé par l'assurance dont faisait preuve le fantassin face aux chars.
    J'avais un camarade alsacien qui avait choisi l'infanterie de marine. Il était à Saint Maixent et moi à Saumur. Nous nous étions retrouvé en vacances à côté de la ligne Maginot et échangions nos idées sur la manière d'attaquer un blockaus.
    Avec un char c'était plus facile. Quoique...
    Le terrain s'y prêtait, nous avons commencé à parler combat anti-char. J'avoue qu'il m'a surpris car je ne connaissais pas à l'époque tous les moyens "subtils" utilisés par ces malheureux biffins pour nous tirer dessus ou nous placer une charge creuse.
    Cela m'a laissé pensif.
    En effet, dans un char on y voit pas grand chose et dans un terrain un peu couvert on n'en mène pas large face à un gars déterminé planqué dans son trou…
    Cela dit, un char c'est fait pour les grands espaces dégagés.
    Et là, il se fait allumer par le collègue d'en face qui dispose d'un réglage de tir performant… Sâle temps pour les blindés…
    C'est certainement pourquoi j'ai choisi la même chose que ciel de pau : me mettre dans un trou. La différence c'est qu'en principe les chars n'accédaient pas aux endroits où nous étions... Razz
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 859
    Points : 25480
    Réputation : 11458
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 79
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Re: Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par junker le Dim 15 Mar - 8:47

    Les seuls chars que j'ai aperçu en Algérien ce sont immobilisés aux premières crevasses du djebel  !! Par contre nous avons eu un char en protection d'une base avancée vers Duvivier !!


    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Dsc03239
    junker
    junker

    Messages : 405
    Points : 15000
    Réputation : 4902
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 84
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    Debout les paras, il est temps d's'en aller…     Empty Re: Debout les paras, il est temps d's'en aller…

    Message par Jean le Mar 29 Sep - 22:58




    Ah le fantassin face aux chars, éternel combat, mais aujourd’hui les nouvelles armes technologiques rendent caduc cet affrontement ! enfin normalement.
    Jean
    Jean

    Messages : 54
    Points : 6274
    Réputation : 1646
    Date d'inscription : 01/10/2019
    Localisation : poitiers

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum