Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» Le major (R) Omer Marie-Magdeleine se souvient de l’attentat du Drakkar
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 18:37 par Ludovic-P

» La bataille de France Un trou noir mémoriel ?
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 17:29 par Invité

» Un site parachutiste
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 17:16 par Kuiper

» DIEN BIÊN PHU Témoignage du Lieutenant Jean-Claude Mignotte
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 16:53 par Ludovic-P

» Un site sur les régiments paras
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 15:53 par Invité

» Le caporal stratégique ou peut-on confiner la connerie ?
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 15:53 par Ludovic-P

» 1er RCP témoignages pour l'Histoire
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 15:42 par Invité

» général Mansion, alias Schnappy
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeAujourd'hui à 9:03 par Invité

» LA FSALE
Le général Patton vous parle… Icon_minitimeHier à 16:13 par tarmac

Juin 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 58 utilisateurs en ligne :: 3 Enregistrés, 0 Invisible et 55 Invités :: 1 Moteur de recherche

    Hubert DENYS, junker, Ludovic-P

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 257 le Mar 2 Juin - 23:31
    Statistiques
    Nous avons 353 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est TICKLAZ

    Nos membres ont posté un total de 4273 messages dans 1474 sujets

    Le général Patton vous parle…

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Le général Patton vous parle…

    Message par LANG le Ven 14 Fév - 12:34

    Aujourd’hui, à l’heure des discours lissés aux phrases « aérosublimées » et souvent destinés à endormir plutôt qu’à regarder les choses en face…
    Oui, aujourd’hui je vous propose un texte trouvé sur un site Suisse. Nos voisins ont une armée qui ne fait pas souvent la guerre mais qui s’y prépare depuis toujours. Leur « esprit de défense » est remarquable, même si parfois nous sourions de leurs certitudes. On pourrait en prendre de la graine…
    Il m’a semblé intéressant de relire le discours du général au colt d’or (*).
    Cà change un peu…

    (*) : voir le correctif dans le commentaire qui suit.

    Le général Patton vous parle… Patton10

    (site WW2 )


    D-Day: le discours original prononcé par le général George S. Patton

    Dans le cas du lieutenant-général George S. Patton, le propos cru, direct et imagé constitue toutefois un trait caractéristique de sa méthode pour le moins énergique de commandement. Cet aspect apparaît de manière particulièrement évidente dans le texte ci-dessous, prononcé devant plusieurs centaines de soldats de la Troisième armée peu avant le Débarquement en Normandie.

    Quelque part en Angleterre, juin 1944

    "Prenez place."
    Messieurs, ces bruits qui courent à propos d'une Amérique voulant sortir de la guerre, refusant le combat, ne sont que des tas de conneries. Les Américains aiment se battre, par tradition. Tous les vrais Américains aiment l'éclat et le fracas de la bataille.
    Vous êtes ici aujourd'hui pour trois raisons.
    Premièrement, vous êtes ici pour défendre vos foyers et ceux que vous aimez. Deuxièmement, vous êtes ici pour votre propre respect, parce que vous ne voudriez être nulle part ailleurs. Troisièmement, vous êtes ici parce que vous êtes des vrais mecs et que les vrais mecs aiment combattre.
    Lorsque vous ici, chacun d'entre vous, étiez enfants, vous admiriez tous le champion au jeu de billes, le coureur le plus rapide, le boxeur le plus dur, les joueurs de base-ball de la grande ligue et les joueurs de football du All-American.
    Les Américains aiment un vainqueur. Les Américains ne tolèrent pas un perdant. Les Américains méprisent les couards. Et ils jouent toujours pour gagner. Je ne pousserais même pas une huée pour un homme qui perd et rit. C'est pourquoi les Américains n'ont jamais perdu ni ne perdront jamais une guerre; parce que la simple idée de perdre est odieuse à un Américain.
    Vous n'allez pas tous mourir.
    Seuls deux pour-cent d'entre vous, ici aujourd'hui, vont mourir dans une bataille majeure. La mort ne doit pas être crainte. La mort, avec le temps, vient à tous les hommes. Oui, chaque homme est effrayé par sa première bataille. S'il dit qu'il ne l'est pas, c'est un menteur. Certains hommes sont des couards mais combattent de la même manière que des hommes braves, ou ils sentent l'enfer sortir d'eux en voyant combattre des hommes aussi effrayés qu'ils le sont.
    Le vrai héros est l'homme qui combat même s'il a peur. Certains hommes surmontent leur peur après une minute sous le feu. Pour d'autres, cela prend une heure. Pour certains, cela prend des jours. Mais un homme véritable ne laissera jamais sa peur de la mort prendre le pas sur son honneur, sur son sens du devoir à son pays, et sur son courage naturel. La bataille est la plus magnifique compétition à laquelle un être humain puisse s'adonner. Elle révèle ce qu'il y a de meilleur et efface ce qu'il y a de vil.
    Souvenez-vous que l'ennemi est aussi effrayé que vous l'êtes, et probablement davantage. Ce ne sont pas des supermen.
    A travers vos carrières dans l'armée, vous avez tous râlé contre ce que vous appelez le "putain d'entraînement à la peur." Cela, comme n'importe quoi d'autre dans l'armée, a un objectif défini. Cet objectif est la vigilance. La vigilance doit être développée en chaque soldat. Je ne donne pas une bille pour un type qui n'est pas toujours sur ses gardes.
    Vous êtes tous des vétérans ou vous ne seriez pas ici. Vous êtes prêts pour ce qui est à venir. Un homme doit être vigilant à chaque instant s'il s'attend à rester en vie. Si vous n'êtes pas vigilant, un beau jour, un fils de connasse de pute allemand va se faufiler derrière vous et vous frapper à mort avec un paquet de merde! Il y a quatre-cent tombes alignées avec ordre quelque part en Sicile, toutes parce qu'un homme s'est laissé aller à dormir durant le boulot. Mais ce sont des tombes allemandes, parce que nous avons attrapé le salaud avant qu'ils ne le fassent.
    Une armée est une équipe. Elle vit, dort, mange et combat comme une équipe. Ces histoires d'héroïsme individuel ne sont que de la merde de cheval. Les petits bâtards qui écrivent ce genre de foutaises pour le Saturday Evening Post n'en savent pas beaucoup plus sur combattre sous le feu que sur tirer un coup!
    Nous avons la meilleure nourriture, le meilleur matériel, le meilleur moral et les meilleurs hommes du monde. C'est pourquoi, par Dieu, en fait j'ai pitié des pauvres fils de pute que l'on va affronter. Par Dieu, j'en ai pitié.
    Mes hommes ne se rendent pas, et je ne veux pas entendre parler d'un soldat sous mon commandement capturé, à moins qu'il ait été touché. Et même si vous êtes touché, vous pouvez toujours répliquer. Ce ne sont pas des conneries. Le type d'homme que je veux commander est celui de ce lieutenant qui, en Libye, avec un Luger sur la poitrine, a arraché son casque, écarté le pistolet d'une main et envoyé le Boche en enfer avec son casque. Puis il a sauté sur le flingue, est sorti et a tué un autre Allemand avant qu'ils ne sachent ce qui leur tombait dessus. Et pendant tout ce temps cet homme avait une balle dans un poumon. Voilà un vrai mec!
    Tous les vrais héros ne sont pas des combattants tirés des livres d'histoires.
    Chaque individu dans cette armée joue un rôle vital. Ne vous laissez jamais aller. Ne pensez jamais que votre boulot est sans importance. Chacun a un boulot à faire et il doit le faire.
    Chacun est un maillon vital dans la grande chaîne. Que se passerait-il si chaque chauffeur de camion décidait soudain de ne pas aimer le miaulement des balles au-dessus, de se retourner et de sauter tête la première dans le caniveau?
    Le salaud de poltron pourrait dire, 'Putain, ils vont pas me rater, juste un homme parmi des milliers.' Mais si chaque homme pensait ainsi? Où diable serait-on aujourd'hui? A quoi ressembleraient notre pays, nos familles, nos foyers et même le monde? Nom de Dieu, les Américains ne pensent pas ainsi. Chacun fait son boulot. Chacun sert l'ensemble. Chaque département, chaque unité est importante dans le vaste système de cette guerre. Les hommes de la logistique sont requis pour approvisionner les canons et la machine de guerre pour nous permettre de continuer à avancer. Le quartier-maître est requis pour apporter de la nourriture et des habits, parce que là où nous allons, il n'y en pas des masses à voler. Chaque dernier homme sur l'organigramme a un boulot à faire, même celui qui réchauffe notre flotte pour nous éviter la diarrhée du soldat.
    Chaque homme ne doit pas seulement penser à lui-même, mais aussi au pote qui combat à ses côtés. Nous ne voulons pas de couards à foie jaune dans cette armée. Ils devraient être exterminés comme des rats. Sinon, ils rentreront chez eux après cette guerre et produiront d'autres couards. Les hommes braves produiront d'autres hommes braves. Eliminez ces putains de couards et nous aurons une nation d'hommes braves. L'un des types les plus braves que j'aie vu était un gars au sommet d'un poteau de télégraphe au beau milieu d'un furieux combat en Tunisie. Je me suis arrêté et lui ai demandé ce qu'il pouvait bien foutre là-haut à un instant pareil. Il a répondu, 'Je fixe le câble, Monsieur.' Je lui ai demandé, 'N'est-ce un peu malsain juste maintenant?' Il a répondu, 'Oui, Monsieur, mais ce satané câble doit être fixé.' Je lui ai alors demandé, 'Est-ce que ces avions qui mitraillent la route ne vous inquiètent pas?' Et il a répondu, 'Non, Monsieur, mais vous sûrement!'
    Voilà un vrai mec. Un vrai soldat. C'était un homme qui a consacré tout ce qu'il avait à son devoir, quel que puisse apparaître insignifiant son devoir à l'instant, quelles que soient ses chances. Et vous auriez dû voir ces camions durant notre chevauchée en Tunisie. Ces chauffeurs étaient magnifiques. Durant toute la journée et toute la nuit ils roulaient sur ces putains de routes, sans jamais s'arrêter, sans jamais hésiter quant à l'itinéraire, avec des obus explosant tout autour en permanence. Nous sommes passés grâce au bon vieux cran américain.
    Beaucoup de ces hommes ont conduit pendant plus de 40 heures consécutives. Ce n'étaient pas des combattants, mais des soldats avec un job à faire. Ils l'ont fait, et sacrément bien fait. Ils faisaient partie de l'équipe. Sans effort d'équipe, sans eux, le combat aurait été perdu. Quand tous les maillons de la chaîne sont ensemble, celle-ci devient incassable.
    N'oubliez pas, vous ignorez tous que je suis là. Aucune mention de ce fait ne doit apparaître dans aucune lettre. Le monde n'est pas censé savoir ce qui diable a pu m'arriver. Je ne suis pas censé commander cette armée. Je ne suis même pas censé être ici, en Angleterre. Laissons ces maudits Allemands être les premiers salauds à le découvrir. Je veux les voir un beau jour se dresser sur leurs pattes arrières pleines de pisse et hurler, 'Jésus-Christ, c'est de nouveau cette satanée Troisième armée et ce fils de pute de Patton.' Nous voulons leur amener l'enfer. Plus vite nous nettoierons ce foutu merdier, plus vite nous pourrons faire une petite balade contre ces pisse-violets de Japs et aussi nettoyer leur repaire. Avant que ces damnés Marines n'aient tous les honneurs.
    Bien sûr, nous voulons rentrer chez nous. Nous voulons en finir avec cette guerre. Le moyen le plus rapide d'en finir est d'aller attraper les bâtards qui l'ont commencée. Plus vite ils seront balayés, plus vite nous pourrons rentrer. Le plus court chemin pour la maison passe par Berlin et Tokyo. Et quand nous atteindrons Berlin, je vais personnellement abattre ce gibier de potence de fils de pute de Hitler. Juste comme j'abattrais un serpent!
    Lorsqu'un homme est couché dans un trou d'obus, s'il reste juste là toute la journée, un Allemand finira par l'avoir. Au diable une telle idée. Mes hommes ne creusent pas de trous de tirailleurs. Je ne veux pas qu'ils le fassent. Les trous de tirailleurs ne font que ralentir une offensive. Continuez à avancer. Et ne donnez pas non plus à l'ennemi le temps d'en creuser. Nous gagnerons cette guerre, mais nous la gagnerons seulement en nous battant et en montrant aux Allemands que nous avons plus de cran qu'ils en ont; ou qu'ils en auront jamais. Nous n'allons pas juste abattre ces fils de pute, nous allons leur arracher leurs maudites tripes et les utiliser pour graisser les bandes de roulement de nos chars. Nous allons assassiner ces pouilleux de suceurs de queues de Huns à la pelle!
    La guerre est une chose sanglante et meurtrière. Vous devez faire couler leur sang, ou ils feront couler le vôtre. Arrachez-leur le nombril. Tirez-leur dans les tripes. Lorsque les balles s'écrasent tout autour de vous, que vous essuyez la boue de votre visage et que vous réalisez qu'au lieu de boue il s'agit du sang et des tripes de ce qui était votre meilleur ami, vous saurez que faire!
    Je ne veux pas recevoir de message disant, 'Je tiens ma position.' Nous ne tenons pas le moindre foutu truc. Laissons les Allemands le faire. Nous avançons constamment et nous ne sommes pas intéressés à tenir quoi que ce soit, à part les couilles de l'ennemi. Nous allons lui tordre les couilles et lui botter les fesses en permanence. Notre plan d'opérations de base consiste à avancer et à continuer d'avancer, sans se soucier de devoir passer sur, sous ou à travers l'ennemi. Nous allons le traverser comme la fiente dans une oie; comme de la merde dans un klaxon!
    De temps en temps, il y aura quelques plaintes que nous poussons trop durement nos gens. Je me fous complètement de telles plaintes. Je crois en la vieille et saine règle qu'une once de sueur épargnera un gallon de sang. Plus fort nous pousserons, plus d'Allemands nous tuerons. Et plus nous tuerons d'Allemands, moins de nos hommes seront tués. Pousser signifie moins de pertes. Je veux que vous vous souveniez tous de cela.
    Il y a une grande chose que vous serez capable de dire, quand cette guerre sera terminée et que vous serez de nouveau chez vous. Vous serez peut-être reconnaissants, lorsque dans vingt ans vous serez assis près de la cheminée avec votre petit-fils sur le genou et qu'il vous demandera ce que vous avez fait durant la grande Deuxième guerre mondiale, vous n'aurez pas à tousser, le poser sur l'autre genou et lui dire, 'Eh bien, ton grand-père a pelleté de la merde en Louisiane.' Non, Monsieur, vous pourrez le regarder droit dans les yeux et lui dire, 'Fils, ton grand-père a chevauché avec la grande Troisième armée et un satané fils de pute nommé Georgie Patton!'
    "C'est tout."

    Traduction: Plt Ludovic Monnerat
    Ludovic Monnerat, journaliste, officier d'état-major général avec le grade de lieutenant-colonel, analyste militaire spécialisé dans l'étude des opérations contemporaines, chercheur et conférencier en matière de stratégie et de prospective, rédacteur adjoint de la Revue Militaire Suisse, auteur de nombreux articles pour Le Temps, membre de l'état-major de conduite de l'armée.


    Source site Suisse Check Point


    Dernière édition par LANG le Mar 5 Mai - 12:41, édité 1 fois (Raison : rajout (*) concernant le colt)
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 722
    Points : 13969
    Réputation : 5507
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Patton

    Message par Hubert DENYS le Mar 5 Mai - 11:25

    Patton n'était pas un général qui faisait dans la dentelle. Cela lui a créé pas mal d'ennuis dont "l'incident" du soldat giflé en Sicile où il dût présenter des excuses publiques.
    Une partie de ce que vous écrivez, vous le retrouvez dans le discours que celui qui l'interprète dans le film éponyme, prononce . Ce film est magnifique et donne une idée de ce qu'était le personnage.
    Il était brut de fonderie et s'est fait pas mal d'ennemis parmi les Alliés dont Montgomery qu'il ne pouvait pas supporter. Il a même fait une demande auprès de Eisenhower pour qu'il soit dégradé pour "tiédeur devant l'ennemi" suite à la prise de Caen. Il a été relevé de ses fonctions pendant un temps mais il a quand même joué un certain rôle dans l'opération Fortitude où, même officiellement hors circuit, il a joué le rôle imaginaire d'un général d'une division qui n'a jamais existée.
    Sa mort a été aussi l'objet d'un grand mystère et le doute subsiste encore sur les causes de l'accident qui lui a couté la vie.
    Sa famille a demandé à ce qu'il soit inhumé auprès de ses hommes aussi sa tombe se trouve au cimetière de Hams, au Luxembourg
    Un petit point de détail : Son colt n'était pas en or mais en ivoire

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 83
    Points : 6964
    Réputation : 2959
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par Gaugiran le Mar 5 Mai - 11:51

    Montgomery a eu des honneurs qui sans doute, il ne méritait pas, son rôle, ses rôles, lors de la deuxième guerre mondiale sont très controversés.
    Et puis, la compétion avec PATTON, notamment en Italie, est préjudiciable.

    Quant à PATTON, il n'est pas illusoire de dire qu'il est mort suite à une tentative d'assassinat .
    La grande question est de savoir pourquoi !
    Anonymous
    Gaugiran
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par Gaugiran le Mar 5 Mai - 11:58

    Version officielle

    Le 9 décembre 1945 en Allemagne, la veille de son retour aux Etats Unis, Patton fut grièvement blessé dans un accident de voiture. Il se rendait à une partie de chasse aux faisans dans la campagne près de Mannheim, en compagnie de son chef d'Etat Major,le Major General Hobart R. "Hap" Gay.

    Leur Cadillac 1939 Model 45 était conduite par PFC Horace Woodring (1926 - 2003). Patton était assis à l'arrière, sur la droite avec le general Gay à sa gauche comme d'habitude. A 11 heures 45 près de Neckarstadt, un camion de 2 tonnes 1/2 conduit par le T/5 Robert L. Thompson est apparu sorti de nulle part et a tourné à gauche vers une route adjacente. La Cadillac s'est écrasée contre le camion. Le general Patton fut projeté à l'avant et sa tête a heurté une barre de séparation en métal entre l'avant et l'arrière de la voiture.

    Gay et Woodridge s'en sortirent indemnes. Paralysé jusqu'au cou, Patton mourut d'un embolisme le 21 décembre 1945 à l’hôpital Militaire d'Heidelberg en présence de sa femme.
    Anonymous
    Gaugiran
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par LANG le Mar 5 Mai - 12:38

    Merci pour ces compléments d'informations.
    Patton avait une sacrée personnalité, une figure inoubliable !
    Merci pour le détail Hubert Denys. Son colt n'était effectivement pas en or mais en acier avec une crosse en ivoire.
    Rien à voir avec Henri Fonda et ses colts ou Roger Moore et son pistolet…

    J'ai trouvé un site avec une photo et des explications (sans garantie) sur les différentes armes qu'il possédait   ICI

    Le général Patton vous parle… Colt10
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 722
    Points : 13969
    Réputation : 5507
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par junker le Mar 5 Mai - 13:52

    Un texte explicite donnant le caractère spécial de Patton !!! il fut connu pour son esprit inflexible envers les mous et les couards, malade des nerfs etc ....! Pour cet homme de guerre je le compare un peu à Bigeard , il détestait les malades, les blessés, les indécis !!!!
    junker
    junker

    Messages : 345
    Points : 9800
    Réputation : 2952
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par LANG le Mar 5 Mai - 15:45

    Junker dit des choses justes et vécues…
    "Ils"  étaient durs et faisaient du "cinéma »...
    C’est peut-être pourquoi « L’homme aux colts d’or » m’a fait penser à Patton ! (ou l’inverse).
    C’était un chef.
    Aimé ou pas.
    Bigeard était un chef.
    Aimé ou pas.

    Ils avaient des défauts comme d’autres qui ont marqué leur passage.
    Hier, je lisais un texte sur Trepel. Lui aussi n’était pas un ange et pourtant…
    Qui a dit « qui m’aime me suive ! » ?
    Tous ne l’ont pas dit mais beaucoup auraient pu le faire.
    Bonaparte, Hannibal ou Alexandre, Churchill, De Gaulle, Saint Marc…
    Et, pour rester partial, je ne citerai pas ceux des « autres bords » qui eux aussi ont été suivis…
    C’étaient des hommes que d’autres hommes ont aimé suivre…
    Mais les chefs ne sont pas toujours aimé… même si on les suit.
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 722
    Points : 13969
    Réputation : 5507
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Patton

    Message par Hubert DENYS le Mar 5 Mai - 16:49

    Ce que Patton n'avait pas digéré, c'était la raclée que les troupes américaines, qui étaient sous le commandement de Lloyd Fredendall, avaient prise dans la Passe de Kasserine contre l'Afrika Korps de Rommel en février 1943
    Les GI's n'étaient pas préparés au combat et ont été jetés dans la bataille sans pratiquement recevoir de formation. Cela leur a coûté 6504 morts, 3700 hommes prisonniers, 315 chars de combat et 706 véhicules de tous types. C'est Patton qui a été choisi pour remplacer Fredendall au commandement du 2e Corps.
    Il a estimé que Fredendall avait manqué d'audace, qu'il n'avait pas su inculquer la discipline dans les rangs de ses soldats et que maintenant il mènerait son armée d'une main de fer.
    Un peu plus tard, dans une diatribe adressée à ses hommes réunis pour l'occasion, il avait dit, dans un langage coloré :"Vous n'êtes pas là pour mourir pour votre Patrie parce que, morts vous ne servirez plus à rien, mais faire en sorte que les enfoirés d'en face meurent pour la leur.
    Patton a fait en sorte que Fredendall n'exerce plus jamais aucun commandement

    _________________
    La guerre ne crée que des cimetières. Dans ces cimetières il n'y a pas d'ennemis, seuls des braves reposent
    Ho Chi Minh
    Hubert DENYS
    Hubert DENYS
    EXPERT
    EXPERT

    Messages : 83
    Points : 6964
    Réputation : 2959
    Date d'inscription : 12/04/2020
    Age : 72
    Localisation : L'Aiguillon sur mer (85460)

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par LANG le Mar 5 Mai - 21:14

    En parlant de « chefs » tout à l’heure, je n’avais pas pensé à Lloyd Fredendall dont vient de parler Hubert Denys.
    Une recherche rapide avec Wikipédia ICI   donne un « éclairage »  disons révélateur sur ce chef de la 2ème Armée américaine !
    Etait-il responsable du  manque de « combativité »  des troupes américaines ?
    En tout cas, Eisenhower a bien fait de le renvoyer à ses études…
       
    Extrait :
    Le général américain Lucian K. Truscott le décrit ainsi :
    « Il était de petite taille, mais c'était une grande gueule mal embouchée, qui déblatérait sans cesse, aussi bien contre ses supérieurs que contre ses subordonnés.
    Il était prompt à tirer des conclusions, catégoriques mais souvent mal fondées.
    Il était bien rare que Fredendall sorte de son PC, que ce soit pour visiter les avant-postes ou pour partir en reconnaissance. Mais il ne supportait pas que ses subordonnés, qui se trouvaient pourtant au contact du terrain et des conditions locales, lui donnent leur avis.
    »
    ……..
    Le général Omar Bradley disait de Fredendall : C'est un vrai boulet pour tous les soldats américains [...]. Non seulement Fredendall ne visitait jamais le front, et ne prenait jamais l'avis des chefs d'unité qui étaient en première ligne, mais de plus il disséminait les troupes et les fragmentait en petits groupes postés trop loin les uns des autres.
    Ainsi isolés les soldats américains ne pouvaient ni se porter assistance ni bénéficier des barrages d'artillerie. Or la puissance de feu de leur artillerie était le principal atout des Américains.
    Pour l'historien Carlo D'Este (par ailleurs officier US à la retraite), Fredendall fut le plus incompétent de tous les officiers supérieurs qui aient travaillé à l'État-major pendant la IIe Guerre mondiale [...].
    Et le commandant Ernest Harmon (IIe Blindée US), dans sa relation de la bataille de Kasserine, dit de Fredendall que c'était un fils de pute, et un trouillard aussi bien au physique qu'au moral [...]

    Source Wikipédia

    Alors, pour me « changer les idées », je suis allé faire un tour  chez Bigeard…
    Je vous propose de retrouver le « Lieutenant » Cann
    ICI
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 722
    Points : 13969
    Réputation : 5507
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par Ludovic-P le Mar 26 Mai - 21:25

    Salut à tous...
    Bon, on pourrais placer le personnage en tunique bleue face aux indiens ou aux sudistes, que la différence se ferait à peine sentir...
    Un "diable" à cheval à qui l'on aurait confié une division de char, ça donnerait sans doute quelque chose d'équivalent :'-)
    Sacré bonhomme, sacré caractère et sacré franc parlé, oui !
    Comme d'habitude, très bon article et commentaires.
    Bravo
    Ludovic-P
    Ludovic-P

    Messages : 15
    Points : 1450
    Réputation : 840
    Date d'inscription : 14/05/2020
    Age : 48
    Localisation : Menton-06

    Revenir en haut Aller en bas

    Le général Patton vous parle… Empty Re: Le général Patton vous parle…

    Message par Suchet le Mar 26 Mai - 23:12

    Oui, et j'ai toujours pensé que la présence de PATTON à la place de Montgomery pour la prise de Caen lors de la bataille de Normandie aurait changée beaucoup de choses, et sans doute évité le bombardement de la ville par les alliés pour briser la résistance allemande.
    Mais voilà, c'était le secteur anglais.
    Anonymous
    Suchet
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum