Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 25 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 1 Invisible et 24 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 252 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Donnez Christophe

    Nos membres ont posté un total de 3022 messages dans 1099 sujets

    La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY Empty La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY

    Message par patrouille de nuit




    Noël est la fête légionnaire par excellence. Très vite après sa création en 1831, la Légion étrangère adopta Noël. Elle le fit avec d’autant plus de facilité qu’elle était composée essentiellement d’hommes venus de toute l’Europe et pour qui, même lorsqu’on était un « paria », Noël constituait une fête traditionnelle, à défaut d’être religieuse.


    La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY Legion10


    Voici comment, à Fez, le 2e étranger fêtait Noël en 1912 : « La veillée de Noël se passait autour d’une crèche vivante, comme c’était alors la tradition. Les draps, les chèches, les ceintures bleues constituaient l’essentiel des déguisements de la sainte Famille et des bergers ; une poupée représentait l’enfant Jésus et parfois un bourricot ajoutait au réalisme du tableau. À minuit, les officiers venaient dans les chambres et la veillée commençait alors autour de la crèche avec ses chants, ses chœurs allemands, russes, espagnols. » Depuis lors, le déroulement de la fête a peu évolué.
    Au cours de la Grande Guerre, une dimension supplémentaire fut ajoutée avec la réalisation de spectacles, de jeux ou de sketches. Peu à peu, les crèches vivantes laissèrent la place à des crèches confectionnées par les légionnaires. Après la guerre d’Algérie apparaîtra le concours de crèches avec attribution de prix par un jury.



    La fête de l’enfance, la fête de la famille et celle de l’espérance

    Si la Légion s’est appropriée Noël, si cette fête s’est inscrite rapidement et naturellement dans ses traditions, c’est parce que l’on retrouve des fondements religieux, historiques ou culturels, communs à la fois à Noël et à la Légion étrangère : la nativité n’est-elle pas en effet la fête de l’enfance, la fête de la famille et celle de l’espérance ?



    Pour la tradition chrétienne, Noël marque la venue au monde d’un enfant, promis et attendu pour sauver les hommes et en qui les chrétiens voient Dieu incarné. Le nouveau-né, comme l’enfant, est donc naturellement placé au cœur de cette fête. Au sein de la Légion : même principe. Les légionnaires sont au cœur de la fête, surtout les plus jeunes et les nouveaux arrivants. Ce sont eux qui reçoivent les cadeaux, ce sont eux qui conçoivent et réalisent la crèche, ce sont eux, encore, qui montent les sketches. C’est pour eux que les cadres restent toute la nuit, si bien que durant ces festivités, il n’y a plus ni cadres, ni légionnaires, mais seulement des compagnons d’armes.



    Le monde entier a retenu de Noël l’image de la sainte Famille. Noël, dans la tradition chrétienne, est devenu ainsi la fête de la famille. Cette fête de la famille a largement dépassé la chrétienté, puisque toute famille, de par le monde, a le souci de se réunir à cette occasion. La Légion se présentant comme un refuge et une famille d’accueil pour tous ses hommes venus du monde entier, il paraissait naturel qu’elle intégrât cette fête à son patrimoine. Le légionnaire a fui ou quitté un métier, une patrie, des amis, une fiancée, et seule la chaleur d’une famille peut remplacer un tel vide dans le cœur et l’esprit d’un homme, surtout la nuit de Noël.

    Enfin, cet enfant, né d’une vierge, était annoncé et attendu comme le sauveur du peuple d’Israël ; il devait apporter le salut aux hommes de bonne volonté, il était donc un signe d’espérance. Là encore, ce symbole d’espérance a trouvé naturellement sa place au sein de la communauté légionnaire, car la plupart des candidats arrivent en situation d’échec professionnel, affectif ou psychologique ; ils viennent chercher, consciemment ou non, quelque chose d’autre, qu’ils ont souvent du mal à exprimer. La Légion, où ils s’engagent généreusement, incarne à leurs yeux une nouvelle chance, un rayon d’espoir, voire une espérance.

    Noël dans le cœur des hommes de bonne volonté. Noël, au cœur de la Légion étrangère.
    patrouille de nuit
    patrouille de nuit

    Messages : 65
    Points : 5315
    Réputation : 110
    Date d'inscription : 30/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY Empty Re: La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY

    Message par Rapace creusois


    Un beau sujet que ces crèches de la légion, une belle tradition.
    Anonymous
    Rapace creusois
    Invité


    Revenir en haut Aller en bas

    La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY Empty Re: La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY

    Message par junker

    J'espère qu'il font cette crèche encore, car il y a des musulman dans la Légion ??
    junker
    junker

    Messages : 170
    Points : 2552
    Réputation : 244
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 83
    Localisation : Deux-Sèvres

    Revenir en haut Aller en bas

    La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY Empty Re: La crèche au cœur de la Légion étrangère - Général Bruno DARY

    Message par LOUSTIC


    Suivant une tradition plus que séculaire, la famille légionnaire célébrera Noël dans quelques jours.

    À tous et à chacun d’entre vous, que vous soyez légionnaire d’active ou ancien, je souhaite un très joyeux Noël, ainsi qu’à vos familles, et où que vous soyez, en Guyane, à Mayotte, en opérations extérieures ou intérieures, de service, en mission, au service des Français avec vos frères d’armes des armées françaises.
    Alors que ce Noël permettra à nombre d’entre vous de “poser le sac”, nous penserons à nos blessés, blessés au combat, à l’entraînement, en service ou hors service, qui luttent pour retrouver la place que la blessure leur a momentanément ôtée. Je les assure de tout mon soutien.

    Nous n’oublierons pas la mort au champ d’honneur de notre camarade Andreï Jouk, du 2e Régiment étranger de génie, tombé avec douze de ses camarades au Mali le 25 novembre dernier, et à qui la France tout entière a rendu un hommage national. Nous n’oublierons pas tous ceux qui nous ont récemment quitté après un digne et terrible combat contre la maladie, ou contre les tourments de leur âme.

    Nous n’oublierons pas nos anciens, légionnaires ou première classe d’honneur, partis dans l’intimité familiale après une vie bien remplie, qui ont servi la Légion étrangère avec honneur et fidélité et dont nous devons honorer la mémoire, malgré le temps qui passe, leur grand âge et le cercle de ceux qui les ont connus devenu plus réduit.

    Quand tous nous manquent, n’oublions pas qu’en servant la Légion, ils avaient puisé dans les mots de notre code d’honneur l’assurance que, lors de leur rendez-vous avec la mort, la Légion ne les oublierait jamais et qu’elle saurait prendre soin de leurs proches. À nous d’entourer leurs familles, avec chaleur et sollicitude, en cette période de fêtes qui rend toujours plus vive la douleur d’une absence et oblige ceux qui restent. Le vrai tombeau des morts est le cœur des vivants : placé au centre de la place d’armes et au cœur de la Maison mère, notre monument aux morts nous le rappelle, intangible et permanente invitation à honorer avec fierté ceux qui nous précèdent sur le chemin inconnu de la mort.


    Voilà pourquoi Noël sera pour les plus jeunes légionnaires une période au cours de laquelle ils découvriront que l’attention de la famille Légion n’est pas un vain mot ou une simple déclaration d’intention. Pour les plus anciens d’entre nous, ce moment privilégié sera celui de la transmission des valeurs de fraternité, d’attention portée et d’écoute, au-delà des galons. Chacun sait que le temps est précieux et ne s’achète pas : celui que nous passons ensemble à Noël constitue un des trésors de la Légion étrangère dans lequel vient s’affermir notre esprit de Corps.

    Légionnaires, soldats d’une troupe magnifique si fière de son passé et attachée à ses traditions, que cette fête de famille soit l’occasion d’exprimer votre confiance en l’avenir.
    Continuons à servir la France de toute nos forces, avec Honneur et Fidélité.
    Joyeux Noël



    Général de brigade Denis Mistral


    _________________
    « La France n’est plus que silence. Elle est perdue quelque part dans la nuit, tous feux éteints, comme un navire. Sa conscience et sa vie spirituelle se sont ramassées dans son  épaisseur » (Antoine de Saint-Exupéry)
    LOUSTIC
    LOUSTIC

    Messages : 41
    Points : 1580
    Réputation : 129
    Date d'inscription : 30/04/2019
    Age : 59
    Localisation : Vimines

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum