Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Janvier 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 30 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 30 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 250 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est robillard marcel

    Nos membres ont posté un total de 3008 messages dans 1094 sujets

    Attaques à moto, attaques en essaim…

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    12122019

    Message 

    Attaques à moto, attaques en essaim… Empty Attaques à moto, attaques en essaim…




    Attaques à moto, attaques en essaim… Photo_10

    (photo opex360)

    Il est beaucoup questions d’attaques à motos dans le Sahel. Ce sujet est repris sur différents sites spécialisés dans les questions de défense. On  trouvera ci-après une étude sur ce genre de combat initié par Boko Haram.
    Cette étude a servi de source pour beaucoup d’articles
    .


    LES ATTAQUES A MOTO AU SAHEL
    Rédacteur : Thomas Flichy -  recherches documentaires : MM. Bendaravicius, Cairoli, Calamiello, Castaldi, Castier, Colas, Daillet, Dhalluin, Girard, Jonuska, Kastner, Koga, Maillard, Saccoman et Selleri.  

    Largement diffusée dans la zone sahélienne en raison de son intérêt économique et de la mobilité qu’elle procure, la moto est devenue un élément de prestige social pour la jeunesse. Son usage a été en partie détourné à des fins criminelles si bien que les attaques en essaim se multiplient.
    L’on peut y voir la manifestation la plus récente d’une très ancienne technique nomade face aux sédentaires. Face à ce danger, s’agira t’il de fixer les essaims de motos ou à l’inverse de leur opposer une mobilité supérieure ?  


    Extrait de cette étude :

    Le mode opératoire du combat à moto, un trio de combattants.
    Le banditisme à moto est un phénomène assez répandu puisqu’on le retrouve depuis les Balkans jusqu’à l’Afghanistan. Il consiste à attaquer des postes de police ou de gendarmerie par quelques hommes armés à moto, à encercler des villages afin de les piller en faisant des victimes parmi les forces de l’ordre et la population civile.
    L’attaque à moto permet également à plusieurs hommes armés d’une AK-47 d’effectuer un enlèvement, de surgir sur un marché ou de mener à bien une attaque suicide. Parfois, des centaines de combattants surgissent à moto, font un assaut de quelques minutes puis disparaissent.

    Voici le mode opératoire le plus fréquent : le conducteur assis sur le réservoir tient le guidon légèrement relevé, le passager à l’autre extrémité sur le prolongement métallique du siège occupe le rôle du mitrailleur, le troisième au milieu indique les cibles et alimente en munitions.
    Les « cascadeurs » ont adapté leurs motos chinoises à la montagne en les dotant de doubles amortisseurs arrière et en protégeant leurs chambres à air des épines de Balanites par un ruban métallique.
    Au Burkina Faso, le djihadisme permet à de simples pasteurs d’accéder à la fois aux armes et à une moto. Deux éléments sont privilégiés par Boko Haram pour attirer la jeunesse dans ses rangs : le don d’une moto, et l’offre d’une ou de plusieurs femmes.
    Ces deux éléments sont loin d’être anodins. L’obtention d’une moto constitue en effet dans ces zones une condition de mobilité spatiale, en plus d’une forme de reconnaissance sociale. Depuis la proclamation de l’état d’urgence et l’interdiction des motos à Diffa, il semblerait que la promesse d’une moto constitue d’autant plus un facteur d’attraction de la jeunesse locale.
    Dans l’esprit de ces jeunes enrôlés, Boko Haram donne ce que l’État et la société nigérienne n’offrent plus. La moto chinoise est donc consubstantielle à Boko Haram. Elle est de toutes ses actions : attentats, enlèvements, coups de main, razzias, bataille ouverte avec l’armée.
    Après les combats, les photographies de presse montrent toujours le sol jonché de carcasses de motos calcinées. Toute la logistique de Boko Haram repose sur des pelotons de motos. Ces deux roues sont au service de coups de main, mais permettent aussi de concentrer rapidement des centaines de combattants, de pratiquer l’encerclement de village et de favoriser une rapide dispersion.
    Les attaques qui associent moto chinoise, kalachnikov et téléphone portable se révèlent particulièrement efficaces. Toutes les actions de Boko Haram  au Nigeria, comme au Cameroun, ont été perpétrées grâce à elles : Waza le 17 mai 2014, Izage peu après, Kolofata le 26 juillet 2014 et le même jour Hile-Alifa, la prise du grand marché de Banki en août 2014, Ngala en septembre 2014… Il en va de même des prises d’otages. Dans chaque unité motorisée, il y aura, théoriquement, un mécanicien, un armurier réparateur, un artificier responsable des munitions et des explosifs. La moto appartient souvent au combattant ou au chef d’escouade. …
    Tirer parti d’une tactique ancienne, l’attaque en essaim
     Nous savons que les insectes se déplacent en groupe à rythme forcé en raison de l’agressivité des suiveurs à l’égard de ceux qui volent en tête. Ces insectes agissent également en groupe lorsqu’un intrus s’introduit dans leur territoire. Par exemple, les abeilles japonaises se constituent en essaim autour du frelon intrusif et font augmenter la température afin de le faire mourir de chaleur.
    Ces essaims n’ont d’ailleurs pas intérêt à être trop importants : chez les sauterelles par exemple, plus l’essaim est important, plus l’intelligence collective diminue et l’inertie augmente.
    Depuis des millénaires, les attaques en essaim sont menées par les nomades contre les agriculteurs retranchés. C’était l’une des tactiques préférées des Scythes. Spitamenes, lors du siège de Samarcande, pratiqua l’attaque en essaim à l’encontre de la colonne de secours d’Alexandre le grand. De petits groupes de cavaliers apparurent, vidant leurs carquois puis disparaissant pour se réapprovisionner alors qu’un autre groupe arrivait.
    Alexandre le grand divisa ses forces et attaqua leur logistique, par un réseau de postes fortifiés afin d’empêcher le ravitaillement chez l’ennemi, les obligeant ainsi au combat au corps à corps. Plus tard, les Parthes à la bataille de Carrhae anéantirent les romains en usant de leur mobilité pour les saturer et les empêcher de manœuvrer…

    Fixer l’ennemi ou lui opposer une mobilité supérieure

    Face aux essaims de combattants, les réponses ont été assez variées.
    La première réponse consiste à étouffer l’essaim en asphyxiant ses points de ravitaillement. C’est celle d’Alexandre au siège de Samarcande. Certains Etats africains ont tenté une limitation partielle du pouvoir de nuisance des gangs de motards en interdisant la circulation des motos de nuit.
    Dès 2011, au Nigeria, à Abuja, la capitale fédérale, interdiction est faite aux mototaximen Okada de circuler, car ils pouvaient être utilisés par des militants de Boko Haram pour commettre des assassinats ciblés.
    Au Cameroun, dès le début de l’année 2013, le danger des deux roues motorisées venant du Nigeria était tel que le gouvernement instaura un couvre-feu de 18 heures à 6 heures du matin sur la frontière au nord des Mandara à Am Chidé et Banki.
    On chercha par la suite à l’appliquer à toutes les régions au nord de Maroua.
    Au Togo en 2014, les forces de l’ordre reçurent pour mission de saisir les motos non immatriculées. En septembre 2018, le Burkina Faso, en proie à des attaques djihadistes récurrentes dans l'est de son territoire, interdit la circulation nocturne des engins à deux et trois roues dans l’Est du pays : la circulation des motos fut formellement interdite entre 19 heures à 5 heures du matin.
    La seconde réponse consiste à copier l’ennemi en le surclassant par une mobilité supérieure. Ainsi, la police anti-émeutes iranienne apparaît à moto. De leur côté, les forces spéciales lituaniennes en Afghanistan se dotent de puissantes motos Yamaha. Elles montent un camp d’entraînement spécial en Lituanie en terrain accidenté. Sur le terrain, la moto leur permet d’éviter les pièges contre les véhicules blindés lourds.
    Dans les combats à moto, les Afghans sont plus lents mais plus légers car sans protection. Au vu de l’emploi de motos par les forces spéciales, les embuscades s’éloignent de 500 m à 1,5 km des axes. L’inconvénient de la moto étant sa faible discrétion, la DARPA met actuellement au point un engin motorisé nommé Silent Hawk afin de répondre aux besoins des forces spéciales.  

    On pourra lire l’article complet sur le lien suivant :
    http://www.geoculture.org/medias/files/attaques-a-motos.pdf

    Attaques à moto, attaques en essaim… Photo_11
    (photo VOA)


    Dernière édition par CASTOR2 le Jeu 12 Déc - 17:27, édité 1 fois (Raison : orth)
    CASTOR2
    CASTOR2

    Messages : 46
    Points : 701
    Réputation : 98
    Date d'inscription : 14/10/2019
    Age : 73
    Localisation : Centre

    Revenir en haut Aller en bas

    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Attaques à moto, attaques en essaim… :: Commentaires

    LANG

    Message le Jeu 12 Déc - 21:01 par LANG

    Essaim, vous avez dit essaim ?

    J'ai l'impression que l'attaque en essaim est une nouvelle forme de combat dont on parle assez peu.

    Il y a aussi des attaques de Drones en essaim.
    (Source :  voltairenet)
    "Depuis onze ans, les experts militaires débattent de la manière de coordonner des drones pour attaquer en essaim. On sait que l’Iran et surtout la Chine maîtrisent cette technique [1]. Il est probable que d’autres États, dont Israël, les États-Unis, la Russie et le Canada, y parviennent également.
    Dans la nuit du 6 janvier 2018, des drones ont attaqué les bases militaires russes de Tartous et d’Hmeimim. Trois contre la base de la marine et 10 contre la base aérienne...
    "

    Article sur PDF ci-après.
    Fichiers joints
    Attaques à moto, attaques en essaim… Attachment
    Attaque de drones en essaim en Syrie 2018.pdf (370 Ko) Téléchargé 15 fois

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum