Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 29 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 29 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 234 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Pascal

    Nos membres ont posté un total de 2810 messages dans 1028 sujets

    Drakkar, témoignage de Farid

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    02122019

    Message 

    Drakkar, témoignage de Farid Empty Drakkar, témoignage de Farid






    « Quand j’ai entendu la déflagration, je suis allé sur le balcon avec Daniel. Il y avait aussi Éric et Fassi. Quelqu’un a dit « les Américains ont morflé. »

    Je suis rentré dans le bâtiment pour finir de me préparer et, à ce moment-là, il y a eu l’explosion. Le souffle est passé par la cage d’escalier. J’ai vu un bloc de béton m’arriver en pleine figure. Je me suis senti projeté sur le balcon contre les sacs de sable. J’ai senti le bâtiment monter, tous les étages monter et après, en une fraction de secondes, l’immeuble entier s’est effondré.

    J’étais KO. Mes tympans avaient explosé, je n’entendais plus rien, juste un bourdonnement énorme. Je sentais les morceaux de ferrailles qui me tailladaient. Au-dessus, au dessous de moi, il y avait les étages qui m’écrasaient. J’étais complètement dans les vaps.

    Ce sont les sacs de sable qui m’ont sauvé. […]Tout à coup ça s’est arrêté. Plus rien. Le noir complet. Je suis conscient, j’ai du mal à respirer. Je ne sais pas où je suis, des gravats, une poussière irrespirable. Je n’ai plus d’air, je suffoque. Je ne sais pas ce qui se passe. J’entends que ça marche au-dessus mais je ne sais pas si c’est des ennemis.

    J’ouvre l’œil, je vois un trou, du jour au-dessus de moi. Je ne peux pas rester comme ça. Je gratte, je me glisse à travers les morceaux de ferraille, j’arrive à sortir du trou. Un parachutiste me chope : « ça y est, arrête, calme toi, calme toi ! — Non ! Je veux retourner dans le bâtiment, ils sont là, mes camarades ! » Je retourne la tête la première dans le trou, il me retire, on m’amène dans une ambulance.

    Je suis en pantalon de rangers, torse nu, je suis esquinté, surtout les bras […] ».




    Farid, Caporal au 9ème RCP en 1983 (cité dans Paroles de soldats, Tallandier, 2015) Liban 1980 ©Joël Brun/ECPA/EC
    vent du sud
    vent du sud

    Messages : 72
    Points : 5054
    Réputation : 105
    Date d'inscription : 01/05/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum