Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 16 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Aucun

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 230 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Christophe Collardey

    Nos membres ont posté un total de 2741 messages dans 1005 sujets

    Sahel : Le point

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    28112019

    Message 

    Sahel : Le point Empty Sahel : Le point




    La dernière tragédie au Mali lève le voile sur certains aspects de ce conflit.
    Le site « ligne de défense » donne un aperçu.



    Sahel: Paris, droit dans ses rangers, favorise l'option militaire

    Sahel : Le point Mali10


    La stratégie du "tout militaire" aurait-elle vécu au Sahel ?
    En mai 2019, l’International Crisis Group avertissait : "La guerre dans le centre du Mali est dans l’impasse" et préconisait de "tenter de discuter avec les jihadistes, en vue notamment de conclure un cessez-le-feu et d’atténuer les violences contre les civils".
    Dans son rapport intitulé "Parler aux jihadistes au centre du Mali : le dialogue est-il possible ?", l’ICG reconnaissait cependant que "les appels au dialogue se heurtent aux résistances du gouvernement (malien, ndlr), de ses alliés étrangers et de segments de la société malienne, qui excluent tout compromis avec les jihadistes, eux-mêmes réticents au dialogue".
    La France, en particulier, privilégie une réponse militaire face à l’insurrection djihadiste, rappelant que des groupes armés du Sahel sont désignés comme terroristes par les Nations unies et que ces mêmes groupes (GAT, pour groupe armé terroriste) ont tué des soldats français.
    En avril 2017, lors d’une visite officielle au Mali, Jean-Yves Le Drian, le ministre français des Affaires étrangères, a ainsi justifié sa position anti-dialogue en évoquant un compatriote décédé. "Comment peut-on négocier avec les terroristes ? !… Iyad ag Ghaly (l’un des chefs djihadistes) s’est réjoui de la mort du soldat français Julien Barbé".
    L’ancien président François Hollande, en visite à Brest, ce mercredi est revenu sur la mort de treize soldats au Mali et sur la menace terroriste au Sahel. Pour lui, "cette menace n’a pas disparu, elle est toujours là, et donc nous devons faire en sorte que la mission aujourd’hui assurée par Barkhane puisse se poursuivre".
    Des appels en France
    En France, toutefois, des voix s’élèvent dans la classe politique en faveur d’un retrait du Sahel où les forces françaises sont engagées depuis le lancement de l’opération Serval en janvier 2013, suivie de l’opération Barkhane en août 2014.
    Le groupe La France insoumise à l’Assemblée nationale a ainsi appelé, mardi, le gouvernement à "ouvrir une discussion sérieuse et rationnelle pour envisager les voies de sortie d’une guerre dont le sens échappe désormais à nombre de nos compatriotes et de Maliens eux-mêmes".
    Pas de remise en cause
    Les lourdes pertes de lundi au Mali ont donc relancé le débat. Le chef d’état-major des armées, interrogé ce mercredi matin sur France Inter, a estimé que la "tragédie" de la mort de 13 militaires français lundi au Mali ne pouvait pas conduire à "une remise en cause de notre engagement ".

    Le général Lecointre a rejeté "tout enlisement. Il a assuré que, même s’il n’y a jamais de "victoire définitive" contre les groupes armés djihadistes, le combat militaire doit se poursuivre. "Il faut être patients et persévérants. Une crise comme celle-là nécessite de la persévérance dans l’action, avec des objectifs à long terme. Il faut éviter la contagion dans d’autres pays d’Afrique de l’Ouest ", a-t-il assuré.

    Malgré cette intransigeance française, le tabou sur l’ouverture de négociations entre les autorités maliennes et les groupes djihadistes, qui réclament l’application de la Charia et l’érection du Mali en République islamique, se lève lentement.
    Le ministre des affaires étrangères du Mali, Tiébilé Dramé, a un temps estimé qu’un dialogue avec les GAT était nécessaire pour faire taire les armes.
    L’ancien ministre malien Hassan Barry a rencontré en juin le prédicateur radical Amadou Koufa, chef de la katiba du Macina, qui sévit depuis 2015 dans le centre du Mali. "Nous sommes au courant de cette affaire, qui a eu la bénédiction de certains milieux officiels", a confié une source sécuritaire malienne, lundi.
    D’autres canaux d’échanges, européens cette fois et à visée humanitaire, sont aussi ouverts. Très officieusement.

    Source :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/27/sahel-paris-20679.html
    LANG
    LANG
    MODÉRATEUR / EXPERT
    MODÉRATEUR / EXPERT

    Messages : 464
    Points : 3370
    Réputation : 716
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

    Sahel : Le point :: Commentaires

    amarante

    Message le Jeu 28 Nov - 10:08 par amarante



    Bonjour
    De la part de la France insoumise on peut s'attendre à tout, mais surtout au pire. Alors ......................

    personnellement je pense que cet engagement est nécessaire. Cependant une interrogation demeure !
    Pourquoi la France est pratiquement seule en Europe sur ce théâtre ?

    Mmais si effectivement en sous main, les maliens traitent avec l’ennemi !



    Revenir en haut Aller en bas

    CASTOR2

    Message le Jeu 28 Nov - 12:51 par CASTOR2

    J'ai tendance à penser comme amarante…

    "... ouvertures de négociations…" !
    En l'absence d'informations "plus précises" sur toutes ces "tractations", je dirai qu'il faut tout faire pour avoir le moins de pertes possibles. C'est je crois l'objectif recherché, mais c'est vrai il n'y a aucune garantie à partir du moment où on est sur le terrain pour combattre.
    Alors, surtout pas de demi mesures pour faire des économies... sur le dos de nos soldats.

    Revenir en haut Aller en bas

    LANG

    Message le Jeu 28 Nov - 14:17 par LANG

    Une chose m'étonne et me choque : ces "éclairages" que l'on nous donne parce que treize soldats sont morts.
    - relance des demandes d'engagement auprès des autre pays...
    - remise en cause des "modalités" de notre engagement au Sahel…
    - et tout ce que l'on ignore encore...
    Pourquoi faut-il attendre un drame ?

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum