Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Derniers sujets
» sergent Anderson
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeAujourd'hui à 10:11 par place d'armes

» Les célébrations du 76e anniversaire du Débarquement en Normandie menacées ?
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 23:08 par Invité

» Jacques MORIN
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 19:18 par WILLIS

» Compagnie Parachutiste du 3e REI
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 19:03 par Invité

» Semaine Sainte service de santé des Armées
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 12:41 par suspente

» Ardennes 1944 Dernier sursaut. Dernier saut…
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 12:07 par Invité

» Paquebot FRANCE
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 11:07 par musette tap

» 08 avril 1915
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeHier à 9:50 par locatelli

» 3eme RCP
Tchad, BEDO 1971 Icon_minitimeMar 7 Avr - 9:22 par Invité

Avril 2020
LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 26 utilisateurs en ligne :: 2 Enregistrés, 0 Invisible et 24 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    Gibaud83, place d'armes

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 285 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est ABADIE Alain

    Nos membres ont posté un total de 3684 messages dans 1275 sujets

    Tchad, BEDO 1971

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Tchad, BEDO 1971 Empty Tchad, BEDO 1971

    Message par WILLIS le Mer 20 Nov - 19:51



    BEDO le 11 Oct.1970 et KOUROUDI le 18 Juin 1971


    L'embuscade de Bedo a vivement frappé l'opinion en France et dans le monde.
    La presse marocaine a qualifié les troupes françaises de mercenaires, la presse algérienne a écrit que «La mort de 11 soldats fait prendre conscience au peuple français que son pays est engagé dans une guerre coloniale depuis 1968 ».

    La CROIX a cité Abba Siddick.- « Nous ne sommes pas en mesure d'écraser l'Armée Française, mais nous pouvons l'enliser dans une nouvelle guerre coloniale ».

    Dans la presse française, on a souligné, avec insistance, que les militaires français tombés au Tchad n'appartenaient pas au contingent, comme si ce fait atténuait la gravité des pertes subies .

    Il est évident que l'épreuve de Bedo a mis en difficulté le gouvernement du moment!
    A cette époque de l'automne 1970, les bandes du Borkou-Ennedi-Tibesti tiennent le caillou et menacent les postes de l'Armée Nationale Tchadienne, la CPIMa est déjà engagée dans le périmètre Faya-Largeau, Zouar-Mourso et Bardaï du 1er au 26 septembre.
    Le 1er octobre, le 2ème commando quitte à nouveau Fort-Lamy pour Faya-Largeau par vote routière. Puis, le 6 octobre, suivent les 1er et 4ème commandos qui sont aérotransportés sur Faya-Largeau.

    Le 9 octobre, les trois commandos renforcés d'une section d'appui de l'EMT 3 reconnaissent la zone de Kirdimi-N'Gourma puis la palmeraie de Bedo, dans le Borkou, qui est fouillée le 10 octobre.

    Le 11 octobre matin, poursuivant vers le Nord, la palmeraie de Tigui est fouillée, finalement regroupée à Bedo, la CPIMa reprend la direction de Kirdimi et de Faya-Largeau à 14 h.
    Les rebelles n'ayant pas été découverts la compagnie a reçu l'ordre de cesser les recherches et de rentrer...

    A 16h3O, à environ 25 Km au sud-ouest de Bedo, la bande forte d'une centaine de Toubous déclenche l'embuscade sur le ler commando qui ouvre la piste.
    Le combat meurtrier dure deux heures: 11 tués et 16 blessés dans la compagnie, 40 tués et 30 blessés chez les rebelles qui prennent la fuite.
    La nuit permet d'évacuer les blessés par l'Alouette et de pourvoir à la remise en condition sommaire des matériels endommagés.
    Depuis Fort-Lamy, sont aérotransportés sur Faya-Largeau, le 3ème commando, un peloton blindé du 6ème RIAOM et l'antenne chirurgicale parachutiste numéro 2.

    Regroupée à Faya-Largeau, la compagnie aura peu de temps pour panser ses plaies physiques et morales car la situation s'est dégradée dans le Tibesti.
    Le 17 octobre, la CPIMa quitte donc à nouveau Faya-Largeau par voie routière à destination de Zouar pour participer à l'opération Picardie 2: il s'agit de replier les postes de Mourso et Gabroa qui ne sont plus ravitaillés que par la section de livraison par air de la compagnie... L'opération se termine le 29 octobre par le raid héliporté sur Goubone qui porte un rude coup aux forces de Goukouni...
    Quant à la bande rebelle de Bedo, la CPIMa l'affrontera de nouveau à Kouroudi très durement le 18 juin 1971 Kouroudi fut aussi un grand combat livré par la CPIMa.

    L'affaire est montée sur renseignements. Les 1er , 2ème et 3ème commandos sont héliportés en différents points de la palmeraie dominée par les contreforts de la montagne de Borkou , au milieu de laquelle sont implantés six monticules rocheux. La bande rebelle y a trouvé refuge. D'emblée la bagarre est engagée.
    Le 4ème commando arrive en renfort dans l'après-midi. Là aussi, le combat dure toute la journée et la nuit à la lueur des lucioles.
    Le lendemain, quand la CPIMa relance un assaut sur le caillou central, elle découvre 55 cadavres et 35 blessés rebelles. Hélas, ELLE a perdu 2 tués et 6 blessés.

    Quelles réflexions après ces batailles ? Dans son récit de Dien-Bien-Phu le Général P. Langlais nous a livré une partie des siennes: « Nous ne combattions pas pour défendre nos foyers, nous ne combattions pas pour chasser l'étranger de chez nous, nous ne combattions même plus pour garder l'Indochine à la France. Alors pourquoi ? L'honneur du métier des armes et c'était tout».




    D'après les archives du SHAT des « Interventions françaises au Tchad »

    _________________
    Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'on fait.
    WILLIS
    WILLIS
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 218
    Points : 6375
    Réputation : 344
    Date d'inscription : 21/04/2017

    http://www.campidron.fr

    Revenir en haut Aller en bas

    Tchad, BEDO 1971 Empty Re: Tchad, BEDO 1971

    Message par LANG le Mer 20 Nov - 20:52

    Que penser des interventions de la France à cette époque ?
    (Et à toutes les époques d’ailleurs).

    Je retiens simplement  un raccourci :
    « Dans la presse française, on a souligné, avec insistance, que les militaires français tombés au Tchad n'appartenaient pas au contingent, comme si ce fait atténuait la gravité des pertes subies. »
    « … à 14 h.
    Les rebelles n'ayant pas été découverts la compagnie a reçu l'ordre de cesser les recherches et de rentrer...

    A 16h3O, à environ 25 Km au sud-ouest de Bedo, la bande forte d'une centaine de Toubous déclenche l'embuscade sur le 1er commando qui ouvre la piste.
    Le combat meurtrier dure deux heures: 11 tués et 16 blessés dans la compagnie… »
    « …« Nous ne combattions pas pour défendre nos foyers, nous ne combattions pas pour chasser l'étranger de chez nous, nous ne combattions même plus pour garder l'Indochine à la France. Alors pourquoi ? L'honneur du métier des armes et c'était tout»…
    »
    LANG
    LANG
    ADMINISTRATEUR
    ADMINISTRATEUR

    Messages : 642
    Points : 4600
    Réputation : 1015
    Date d'inscription : 09/12/2018
    Age : 78
    Localisation : Yonne

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum