Rechercher
 
 

Résultats par :
 


Rechercher Recherche avancée

Décembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Calendrier Calendrier

Petites annonces

    Pas d'annonces disponibles.

    Qui est en ligne ?
    Il y a en tout 14 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 13 Invités :: 2 Moteurs de recherche

    locatelli

    Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 238 le Jeu 14 Nov - 21:29
    Statistiques
    Nous avons 230 membres enregistrés
    L'utilisateur enregistré le plus récent est Christophe Collardey

    Nos membres ont posté un total de 2741 messages dans 1005 sujets

    Bob Denard

    Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

    Aller en bas

    Bob Denard Empty Bob Denard

    Message par ciel de pau



    Ils étaient environ cent cinquante, dont une quarantaine de ses anciens compagnons d'armes, qui ont rendu vendredi matin en l'église Saint François-Xavier à Paris (VIIe), un dernier hommage à  Bob Denard, décédé le 13 octobre en région parisienne à l'âge de 78 ans.

    Bob Denard Bob_de10

    On pouvait compter huit parachutistes en tenue UNP avec insignes et béret rouge ainsi que deux drapeaux. Petite délégation certe, mais d’une tenue impeccable qui rehaussa la cérémonie. Aucune autre association n’était représentée. Les Commandos de marine dans lesquels il avait combattu en Indochine au sein de l’armée française brillaient par leur absence.

    Il faut dire que les transports n’étaient pas favorisés puisqu’ils correspondaient à un jour de grève.
    Lors d'une absoute autour de son cercueil, le vicaire de la paroisse, le père Dominique Cordier a souligné dans son homélie que si "Robert Denard était dans cette église c'est parce qu'il a été baptisé". Une allusion à la conversion de Bob, devenu musulman lors de son séjour de onze ans aux Comores (1978-1989) après un de ses coups d'Etat.

    A l'issue de la cérémonie religieuse, ses anciens compagnons d'armes parmi lesquels on pouvait reconnaître des noms célèbres du milieu mercenaire, ont fait une haie d'honneur autour du cercueil de leur ancien chef, sur le parvis de l'église, avant d'entamer a cappella "Les Oies sauvages", l'un des chants traditionnels des régiments parachutistes.

    C’est le lendemain samedi 20 octobre 2007 que les obsèques de Bob Denard furent célébrées le lendemain  à Grayan-et-L'Hôpital (Gironde) avant l'inhumation au cimetière de cette petite commune de la pointe du Médoc où il avait gardé beaucoup d'attaches amicales et familiales.

    A Grayant l’assistance était plus nombreuse qu’à Paris.
    L’homélie fut très poignante, le prêtre lui a rendu justice. Un de nos amis présent dira : Je n'ai jamais vu autant d'hommes au mètre-carré pleurer... Des centaines de Belges étaient également venus de leur lointain pays pour lui rendre un dernier hommage. Fidèles compagnons pour les uns, mais aussi souvenir de milliers de Belges du sud Congo qui lui doivent la vie. Depuis le début des années 60, leur décolonisation s'était mal passée, et à cette époque, s'il n'y avait pas eut des "volontaires français"  (comme disait un des intervenants d’hier) il y aurait eut des milliers de Belges qui auraient été massacrés sur place.
    Foule très recueillie là aussi. Un seul regret pourtant, la présence de quelques énergumène en tenue débraillée et béret vert sur la tête qui gâchaient quelque peu la dignité que chacun avait voulu donner à cette cérémonie. Il est certain que de son vivant, le défunt n’aurait pas apprécié ni toléré ce manque de correction.

    Que le Colonel Robert DENARD repose dans la¨PAIX de DIEU, qu'il soit bien-heureux auprès de l’éternel et que la terre de GRAYAN qu'il a tant aimé lui soit douce.

    Il est fils d'un militaire de la coloniale[. Résistant à 16 ans, il s'engage ensuite comme volontaire pour l'Indochine en tant que matelot de seconde classe en 1944. Devenu quartier-maître dans les commandos de la marine en Indochine et en Algérie, il quitte l'armée en 1952, et accepte une place de conducteur mécanicien d'engins au Maroc. Il entre ensuite dans la police de ce pays toujours sous protectorat français. ]

    À partir des années 1960, anticommuniste convaincu, il œuvre dans les tumultueux conflits post-coloniaux. Il participe à des opérations militaires impliquant des mercenaires en Rhodésie (Zimbabwe) en 1977, au Yémen, en Iran, au Nigeria, au Bénin, au Gabon (où il est instructeur de la garde présidentielle) , en Angola en 1975, au Cabinda en 1976, au Zaïre et aux Comores, l'un des pays les plus instables de la planète.

    De 1960 à 1963, il sera l'un des chefs des « affreux » du Katanga, une province du Congo Belge (Zaïre), en soutenant Moïse Tshombé qui vient de déclarer l'indépendance du Katanga le 11 juillet 1960. Il s'est notamment distingué en faisant défiler tous ses officiers qu'ils soient noir ou blanc dans une stricte égalité (jusque là, les blancs passaient en premier). Le 21 janvier 1963 c'est la chute de Kolwezi et la défaite des mercenaires, qui se réfugient en Angola avec l'accord du régime portugais. Ils seront rapatriés en France où ils seront accueillis par les gendarmes.

    Puis, il part d’août 1963 à la fin 1964 pour le Yémen pour le compte du MI6 avec 17 mercenaires, dans la 1re armée royaliste, financée par l'Arabie saoudite, contre les républicains soutenus par les égyptiens de Nasser. Il est chargé d'encadrer les Touaregs. La France donne son accord tacite, non officiel.

    Il revient fin 1964 au Congo R D, à la tête du 1er choc qu'il a créé. En prenant des mercenaires issus des Paras et de la Légion, il forme ce petit bataillon avec l'aide d'une poignée de Katangais. Il contribue à la victoire sur les rebelles communiste de Gbenie, Soumialot et Mulele. En intervenant sur un territoire grand comme la moitié de la France, tout en ayant de nombreux morts et blessés, il permettra à la population de réintégrer leur villes et villages. En 1967, arriva la tragédie des mercenaires pris au piège de Mobutu.

    Denard intervient de nouveau pour le MI6 en Angola en 1975 avec l'UNITA de Jonas Savimbi.
    À la demande de la France, le lieutenant-colonel Denard intervient une première fois dans la République fédérale islamique des Comores qui venait, unilatéralement, de proclamer son indépendance depuis le 5 septembre 1975. Il arrête le président Ahmed Abdallah qui venait de proclamer l'indépendance, et le remplace par Ali Soilih.

    Il rate un coup d'État au Bénin en 1977 et est pressenti en 1977 pour déstabiliser le régime de James Mancham aux Seychelles. En 1978, il revient dans la RFI des Comores avec 43 hommes pour mettre fin au régime sanguinaire de Soilih. Il replace Ahmed Abdallah au pouvoir. Ali Soilih meurt dans d'étranges circonstances le 29 mai 1978.

    Bob Denard s'occupe dès lors d'organiser une garde présidentielle forte de 600 Comoriens encadrés par une poignée d'officiers européens qui entrent en concurrence avec les forces armées comoriennes. Il se marie sur place, se convertit à l'islam sous le nom de Saïd Mustapha Mahdjoub, s'occupe de développement (construction de routes, ferme de 600ha à Sangali, etc.). Son autorité est alors incontestée. La RFI des Comores devient le centre d'un trafic qui permet à l'Afrique du Sud, sous embargo international, de se fournir en armes. La RFI des Comores sert également de base logistique pour ses opérations militaires contre les pays africains qui lui sont hostiles : le Mozambique et l'Angola.

    En 1989, Ahmed Abdallah signe un décret donnant l'ordre à la Garde présidentielle, dirigée par Bob Denard, de désarmer les forces armées pour cause de coup d'État probable. Quelques instants après la signature du décret un officier des forces armées serait entré dans le bureau du président Abdallah et l'aurait alors abattu blessant également Bob Denard lorsqu'arriva un officier "européen" de la GP qui tua à son tour l'assassin du président. Mohamed Taki Abdulkarim, favorable à la France, devient président. Bob Denard est évacué quelques jours plus tard par les parachutistes français vers l'Afrique du Sud.
    Dans la nuit du 27 au 28 septembre 1995, Denard renverse Said Mohamed Djohar avec une trentaine d'hommes débarqués de Zodiacs sur les côtes comoriennes. Une fois la mission terminée, Denard et son équipe sont rapatriés vers la métropole par les services secrets français.
    Il meurt le 13 octobre 2007, d'un arrêt cardiaque , il était atteint depuis plusieurs années de la maladie d'Alzheimer.


    Dernière édition par ciel de pau le Mar 19 Nov - 11:58, édité 1 fois
    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 51
    Points : 4961
    Réputation : 70
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Bob Denard Empty Ennuis judiciaires

    Message par ciel de pau


    Soutenu par Paris, Mohamed Taki Abdulkarim succède à Said Mohamed Djohar à la présidence comorienne. Bob Denard est dans le Médoc en attendant son procès pour assassinat à l'encontre de Ahmed Abdallah. Son lieutenant, Dominique Malacrino, est aussi inculpé. Quelques jours avant le procès, la famille d'Abdallah se rétracte et fait savoir qu'elle ne désire plus ce procès qui aboutit à un non-lieu faute de preuve. Le 6 novembre 1998, il meurt dans d'étranges circonstances. La famille crie à l'empoisonnement et demande une autopsie. Rapidement, l'affaire est étouffée et l'autopsie oubliée. Mohamed Taki est officiellement mort de mort naturelle.

    En 2001, Guido Papalia, procureur de la ville de Vérone, au Nord-Est de l'Italie, le poursuit pour avoir tenté de recruter des mercenaires dans les milieux de l'extrême droite italienne afin de renverser le colonel Azali Assoumani qui s'oppose aussi à son retour.
    Bob Denard a été jugé à partir du 21 février 2006. Un avocat, maître Elie Hatem, lui a été commis d'office. Libéré en 1996, il avait alors annoncé sa retraite, et même son retour dans son Médoc natal. À l'époque, il rêvait de construire, sur le terrain familial de la commune de Grayan-et-l'Hôpital, un musée de la Décolonisation. Avec bien sûr quelques souvenirs personnels… Le terrain a depuis longtemps été vendu.

    Car, s'il a pu gagner beaucoup d'argent, Bob Denard en aurait aussi pas mal perdu ces dernières années. Il a d'abord fallu payer la note des avocats, mobilisés pour les deux précédents procès, et lors de cette dernière instruction, qui a duré dix ans. Et puis de mauvaises affaires, comme l'achat d'un garage Citroën à Lesparre dans les années 1980, auraient aussi entamé le trésor de guerre. Son nouvel avocat affirme même que les problèmes d'argent du vieux « corsaire de la République », comme il s'était autoproclamé, pouvaient compromettre sa stratégie de défense : « J'ai été commis d'office dans ce dossier, et M. Denard bénéficie de l'aide juridictionnelle », confie Elie Hatem, qui ne cache pas une réelle proximité avec l'ancien mercenaire.

    « J'aurais voulu faire citer plus de témoins à la barre, comme par exemple Alain Juppé, qui était Premier ministre au moment du coup d'État de 1995. Mais l'autorisation que j'ai sollicitée pour couvrir des frais d'huissiers est intervenue trop tard. » Son trésor de guerre s'est peu à peu amenuisé et récemment Bob Denard ne vivait "que sur 250 euros par mois" : retraite due à ses états de service pendant la guerre d'Indochine. Il pouvait ne pas assister à son procès, souffrant de la maladie d'Alzheimer.

    ciel de pau
    ciel de pau

    Messages : 51
    Points : 4961
    Réputation : 70
    Date d'inscription : 28/04/2017

    Revenir en haut Aller en bas

    Revenir en haut


     
    Permission de ce forum:
    Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum